Nestlé recrute sur Hello Handicap

Tourisme-handicap

Résumé : Handicap: le premier hôtel touristique adapté va ouvrir ses portes

Par , le 

La Turballe (Loire-Atlantique), 30 avril
Par Christophe SCHMIDT

Le premier hôtel français entièrement conçu pour faciliter l'accès et le séjour des handicapés va ouvrir ses portes le 7 mai à La Turballe, près de La Baule, grâce à l'association d'entrepreneurs privés et de subventions publiques.
Les promoteurs de l'hôtel Pen Bron, 45 chambres dont 30 équipées de dispositifs automatiques, affichent déjà de nombreuses réservations, tandis que l'hôtellerie classique multiplie les efforts pour attirer une clientèle jugée prometteuse.
A Pen Bron, chaque chambre comprend deux lits, l'un traditionnel et l'autre médicalisé, ainsi qu'une salle de bains spéciale. Partout dans l'hôtel, les couloirs et les ouvertures sont vastes, les tables légèrement surélevées pour laisser passer les accoudoirs de fauteuils.
La trentaine de chambres "domotisées" disposent en plus d'une télécommande unique pour ouvrir et fermer les portes, utiliser le téléphone, la télévision, l'éclairage, les volets et même l'un des trois ascenseurs.
Tous ces aménagements restent discrets pour un oeil non averti. "Il y a une foule de détails qui échappent aux valides et qui changent tout quand on est dans un fauteuil", explique le directeur de l'hôtel, André Fournet.
"Cela n'aura surtout pas l'air d'un hôpital ou d'un ghetto", ajoute-t-il, "ne serait-ce que parce que deux personnes valides accompagnent en moyenne chaque touriste invalide".
Gérard Mauger, directeur retraité d'un groupe de palaces, a investi dans Pen Bron en tant qu'associé. "Très confiant", il a déjà constitué un réseau, Hôtels Aptitudes, pour préparer d'autres ouvertures.

Donner confiance

Mais si le succès de fréquentation paraît assuré, la rentabilité de l'opération ne sera possible qu'avec un concours financier public. Le centre de rééducation fonctionnelle voisin a fourni les locaux, les collectivités territoriales, l'Etat et l'Union européenne ont apporté des subventions. En échange, l'exploitant privé ne répercute pas aux clients le surcoût de fonctionnement de 40% de l'hôtel.
"Le marché potentiel est énorme pour ce type d'offres", estime Ludovic Rey-Robert, trésorier de Tourisme et Handicap, l'association chargée d'attribuer la marque du même nom créée par le ministère du Tourisme en 2001.
"Moins de 130 établissements français ont depuis reçu le label", poursuit-il, "alors que le nombre d'handicapés aptes physiquement et économiquement à voyager est évalué à 36 millions en Europe. Résultat: 15% seulement partent en vacances, faute de places accessibles en nombre suffisant".
Le marasme du tourisme fait cependant évoluer cette situation, constate Ludovic Rey-Robert, rendant plus attrayante la cible commerciale des seniors et des handicapés.
De plus, "la législation qui contraint les établissements à investir dans l'accessibilité les conduit à vouloir rentabiliser cet effort, en communiquant auprès de la clientèle invalide".
Il reste aux hôtels à "décrire précisément les aménagements offerts" et, sur ce point, conclut-il, "il reste beaucoup à faire pour donner confiance aux clients handicapés".

cs/lum/am

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr