Le handicap cognitif

Résumé : Un concept émergent...

Par , le 

Le Handicap Cognitif


Pierre-François PELLICCIA - Psychologue cognitiviste - Directeur de CORIDYS

 

Les fonctions cognitives dites « supérieures » nous permettent de lire, d'écrire, de parler, de compter, de raisonner, d'anticiper, de conduire... et plus généralement : de vivre.
Chaque jour, nous mettons tous en place, sans le savoir, des stratégies d'apprentissage, de recherche d'information, d'action... plus ou moins efficaces. Elles nous aident à accomplir des actes aussi simples (du moins le croit-on) que déchiffrer un texte, payer le pain, planifier notre semaine de vacances, planter un clou, nous rendre à la rue de la Mémoire en passant par la rue de l'Attention. Bref, elles sont partout et tout le temps !


Ces fonctions étant constitutives de toute activité, leurs défaillances s'accompagnent de difficultés cognitives  plus ou moins graves : « je ne retrouve plus mes clés », « j'ai été distrait ! », « je suis trop fatigué, je n'arrive plus à me concentrer », « qu'est-ce que tu viens de me dire ? », « il faut que je m'achète un planning ! »... Ces situations rencontrées par chacun de nous, illustrent très bien ces défaillances. Pour y remédier, nous mettons en place automatiquement des stratégies plus ou moins efficaces.


Plusieurs questions se posent : si la (les) défaillance(s) est (sont) trop importante(s), de quoi s'agit-il ? Et d'où cela provient-il ?
Les défaillances importantes sont appelées déficiences cognitives et la notion plus complexe de Handicap Cognitif intervient si les difficultés observées entraînent un désavantage social. Troubles de la mémoire, troubles de l'attention, troubles des fonctions exécutives, troubles du langage, troubles des praxies... sont ainsi à l'origine de difficultés sociales importantes : scolarité, insertion et réinsertion professionnelle, autonomie de la vie quotidienne...


Les apprentissages scolaires sont, comme tous les apprentissages, dépendants du bon fonctionnement des fonctions cognitives. Lire c'est déchiffrer et donner du sens, mais c'est également utiliser sa perception auditive, sa perception visuelle, son attention visuelle, son attention concentrée, son attention sélective, sa mémoire de travail visuelle, sa mémoire à long terme, ses capacités de planification, d'inhibition... En conséquence, l'atteinte d'une seule de ces fonctions aura un impact plus ou moins retentissant sur le bon fonctionnement de ce processus très complexe. L'exemple de la lecture peut être transposé dans l'ensemble des apprentissages. On obtient ainsi la galerie non exhaustive des « dys » !


En prenant du recul sur ce thème du Handicap Cognitif, on mesure rapidement l'ensemble des populations concernées. En premier lieu toutes les tranches d'âges sont impliquées dans les apprentissages, quels qu'ils soient (de la très petite enfance à la personne âgée en passant par l'adulte) et peuvent donc connaître des défaillances cognitives. En second lieu, de très nombreuses pathologies, développementales ou acquises, entraînent un Handicap Cognitif plus ou moins important.

 

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches