Un Français handicapé saute en parachute sur l'Everest

Résumé : Un Français atteint de sclérose en plaques est devenu dimanche le premier handicapé à sauter en parachute sur le flanc du Mont Everest, s'élançant de 10.000 mètres d'altitude pour atterrir sans problème sur la plus haute montagne du monde.

Par , le 

Réagissez à cet article !

KATMANDOU,

"Je suis très heureux. Epuisé mais très heureux", a déclaré Marc Kopp, âgé de 55 ans, de l'hôpital de Katmandou où il a été conduit par précaution après son saut, pour vérifier qu'il ne souffrait d'aucune blessure.

Il a sauté en tandem avec un ami, Mario Gervasi, parachutiste de l'extrême.
Les deux hommes se sont élancés de l'hélicoptère à 10.000 mètres, en chute libre sur les 1.000 premiers mètres, puis en parachute ouvert sur 4.500 mètres, avant d'atterrir sur une plate-forme spécialement préparée et située à 4.500 mètres d'altitude.

"J'espère que mon action va servir d' inspiration aux autres personnes qui vivent avec cette maladie. J'espère qu'ils seront nombreux à se lancer comme moi", a-t-il déclaré à l'AFP.

Marc Kopp a reconnu toutefois que la préparation à cet exploit avait été "très douloureuse", et que tout son corps lui faisait mal.

Il utilise généralement un fauteuil roulant mais l'héliport de départ n'était pas atteignable par la route et il lui a fallu y aller à cheval à raison de plusieurs heures par jour, pendant plusieurs jours, ce qui était très pénible, a-t-il souligné.

"Il y a eux de nombreux moments ces derniers jours où j'ai pensé que je ne pourrais pas réaliser mon rêve", a-t-il ajouté. Transporté par hélicoptère à l'hôpital de Katmandou, les médecins lui ont imposé 24 heures de repos.

Réagissez à cet article !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr