Raccordez-moi à l'électricité : handicapé, c'est vital !

Résumé : Une pétition revendiquant 33.000 signatures a été adressée jeudi à la mairie de Vias (Hérault) pour qu'elle raccorde au réseau ERDF le logement d'un couple, dont l'homme a besoin d'une assistance respiratoire.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

MONTPELLIER,

Nathalie Guaberco et son compagnon, Thierry Morellon, handicapé à 85%, habitent un cabanon, non loin du rivage, pour lequel le maire PS Richard Monedero refuse le raccordement en électricité. Motif: la parcelle où se trouve le bâtiment se situe en zone classée naturelle, donc non constructible, et le cabanon n'a donc aucune base légale.

"La propriété est cadastrée depuis 1972 avec la mention non constructible.
Mais c'est le cas de toutes les maisons, comme celles à côté de la nôtre. Or, à droite comme à gauche, elles sont raccordées", objecte M. Morellon.

Malade et bénéficiant de peu de ressources, M. Morellon, ancien membre du Mouvement initiative et liberté (MIL), voit dans la position du maire "une vengeance politique". Mais à 52 ans, il se dit "à bout" car il dit ne pouvoir se soigner correctement, le groupe électrogène qui pallie le réseau ERDF ayant un coût trop élevé pour être utilisé toute la nuit comme le préconise son médecin.

"Ma santé se détériore, je devrais être appareillé toute la nuit, mais on n'a pas les moyens", détaille-t-il.
Interrogée par l'AFP, la mairie a transmis une lettre adressée le 17 janvier 2011 à M. Morellon dans laquelle le maire explique les motifs de son refus, qui rentre dans le cadre de la lutte contre "le phénomène de cabanisation" très important dans ce secteur.

En février 2012, la Cour des comptes avait dénoncé l'installation "endémique de constructions illégales d'habitations légères de loisir" au mépris de la loi littoral de 1986.

Selon la préfecture de Languedoc-Roussillon, plus de 3.500 cabanons et mobile homes occupent, à Vias, une superficie d'environ 200 hectares étalée sur 3,5 km, avait noté la Cour des comptes dans son rapport.
Il s'agit de la concentration de constructions illégales la plus importante sur le littoral méditerranéen, et peut-être même en France, avait ajouté la cour, constatant que selon une étude de 2009, 20.000 personnes avaient fréquenté cette zone et 400 personnes y résidaient en permanence.

Pour le maire Richard Monedero, la seule solution est "un relogement dans des conditions plus décentes", "Il n'est pas question de partir", rétorque le couple. 

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-09-2013 par chatdoune :
m le maire aider cette famille faite le raccordement

Le 06-09-2013 par karpouzos :
rétablissez la justice et l'électricité avec !

Le 06-09-2013 par charreyron :
l'union fait la force!

Le 07-09-2013 par lolo93 :
Je trouve anormal que cette famille ne soit pas raccordé à l'ERDF.
Cependant une question me vient à l'esprit.
Pourquoi ne pas accepter d'être reloger?
Je suis moi même atteint d'une maladie pulmonaire donc je comprend l'urgence pour vous d'avoir l'électricité mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre pourquoi vous voulez rester à tout prix dans ce logement.
Je peux comprendre que vous êtes attaché à cette maison mais le fait d'être relogé vous permettrez d'avoir l'électricité et donc un meilleur confort de vie pour votre mari.
Attention ce que je dis n'est pas méchant et je soutiens votre combat.
Amicalement.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches