Robots : une armée au service du handicap ?

Résumé : Les robots seraient-ils l'avenir de l'Homme ? Réponse en visitant l'expo du Musée des Arts et métiers, à Paris. Robots-chirurgiens, prothèses bioniques, exosquelettes, greffes et implants mécatroniques... Le robosapien délivrera-t-il du handicap ?

Par , le 

Réagissez à cet article !

Avec ses 360 articulations permettant flexions, extensions ou rotations et ses 206 os, le corps humain, premier instrument de notre liberté, est l'une des « machines » les plus complexes qui soit. Réparer le corps malade, accidenté ou handicapé n'est pas une préoccupation nouvelle, l'homme n'ayant eu de cesse de dépasser les limites imposées par la nature ou les aléas de l'existence. Prothèses et implants bioniques peuvent aujourd'hui « réparer » voire « augmenter » l'Homme. Les sciences biomédicales travaillent ainsi à l'optimisation de prothèses directement issues des recherches dans le domaine de la cybernétique, pour simuler les fonctions du corps.

Des prothèses réparatrices

Depuis le début des années 2000, une véritable révolution s'est opérée avec la mise au point de prothèses, implantées ou non, dont les mouvements sont commandés par le cerveau car elles sont en mesure de capter les impulsions nerveuses. Ainsi, les prothèses myoélectriques garantissent une préhension active des objets grâce à la modulation de l'ouverture et de la fermeture de la main. Le patient peut alors effectuer des actes de la vie courante : s'habiller, écrire, faire du jardinage, saluer une personne en lui serrant la main, dévisser un écrou avec force... Il peut réellement commander par la pensée les mouvements de sa « prothèse intelligente ». Bien avancées pour la motricité de membres palliatifs inférieurs et supérieurs ou l'implantation de micro-capteurs et puces sur la rétine (implants rétiniens) ou le nerf auditif (implants cochléaires), les recherches se poursuivent activement pour réaliser, notamment, la transplantation de neurones cultivés sur des ensembles combinés d'électrodes et de puces électroniques à implanter. Cette sorte d'interface bionique permettrait, par exemple, de contourner une lésion de la moelle épinière pour restaurer l'activité motrice d'un membre paralysé.

Devenus les collaborateurs fiables des chirurgiens, les robots peuvent également contribuer à diagnostiquer ou opérer, de l'intérieur. Les interventions assistées par robots-chirurgiens représenteraient aujourd'hui un peu plus de 15 % des opérations réalisées dans le monde.

Un assistant à domicile

C'est aussi dans le domaine de l'assistance à la personne que le robot a toutes les chances de se faire une place, si ce n'est dans nos cœurs, au moins dans nos foyers. Le vieillissement de la population, la baisse du nombre de soignants et l'éclatement géographique des familles engendrent des besoins croissants d'assistance auxquels certains robots peuvent répondre pour partie, dans un cadre et des limites bien précis. S'il n'est ni envisagé ni souhaitable de remplacer l'humain par une présence artificielle, ces « partenaires » domestiques savent néanmoins prendre le relai pour distribuer des médicaments à heures fixes, vidéo-surveiller 24 heures sur 24 un malade isolé ou temporairement immobilisé et le mettre en relation avec son médecin par visioconférence plusieurs fois par jour. Certains avatars affichent votre visage sur leur écran, peuvent être pilotés à distance et, via un navigateur Web, une caméra et des haut-parleurs intégrés, vous permettent de veiller une personne située n'importe où. Ce type de robots expérimentaux et encore coûteux est d'ailleurs testé en France depuis quelques années dans des lieux de soins pilotes, en collaboration avec des médecins, en complément des programmes de soins habituels, pour renforcer la sécurité. Certes pragmatiques, ne nous questionnent-ils pas néanmoins sur notre humanité, prête à déléguer pour partie cette solidarité à des machines ?

Une expo à Paris

Au-delà des fantasmes, il faut donc cesser d'imaginer les robots planifiant la fin de l'Humanité ou remplaçant l'Homme dans toutes ses tâches. Du rêve ancien de l'automate aux androïdes, ces êtres artificiels dévoilent tous leurs secrets à l'occasion de l'exposition « Et l'Homme... créa le robot » qui se tient au Musée des Arts et métiers, à Paris (3ème), du 30 octobre 2012 au 3 mars 2013. Un état des lieux de la robotique dans tout ce qu'elle a de plus fascinant, qui nous rappelle que c'est l'Homme qui a conçu et introduit les robots dans son quotidien, pour le seconder dans les tâches domestiques, dans les processus de production industriels ou sur les champs de bataille, mais également dans des milieux particulièrement hostiles aux humains comme les hauts fonds marins, les installations nucléaires ou les confins de l'univers. Cette exposition présente une incroyable collection d'automates, d'horloges anciennes, de tableaux animés et de prototypes futuristes. Elle esquisse les formidables perspectives d'avenir pour le secteur de la robotique, mais interroge également les citoyens sur la place que nous souhaitons laisser aux robots dans la société de demain.

Bande annonce :  www.dailymotion.com/video/xu8gvn_et-l-homme-crea-le-robot-bande-annonce-version-longue_tech
Musée des Arts et métiers :  www.arts-et-metiers.net

" Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. "

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr