Nestlé recrute sur Hello Handicap

Politique handicap : les départements seuls maîtres à bord !

Résumé : Au nom de la décentralisation, ce sont les départements qui vont devoir gérer les politiques du handicap ! L'annonce de François Hollande n'est pas du goût de l'Unapei, qui craint des disparités selon les départements. Elle exige une concertation..

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« Décentralisation : le Président de la République décide sans concertation la vente à la découpe de la politique du handicap ». C'est le coup de gueule lancé par l'Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) !

Le sort d'un million de personne déjà sellé ?


En effet, le 5 octobre 2012, lors des Etats généraux de la démocratie territoriale, François Hollande a annoncé que « les départements se verront confier l'ensemble des politiques du handicap et de la dépendance, hors du champ de l'assurance maladie ». L'Unapei regrette que, sans aucune concertation avec les personnes concernées, le Président de la République cède aux départements une grande partie de la politique du handicap. Le sort de 20 000 salariés handicapées des entreprises adaptées, de 120 000 travailleurs d'ESAT, de 700 000 majeurs protégés et de près de 1 000 000 bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) sera-t-il ainsi scellé ?

Concertation exigée !

Selon l'Unapei, « un tel transfert de compétence « au profit » des conseils généraux traduit la volonté de l'Etat de se désengager de la politique du handicap. Il ne jouera plus aucun rôle dans l'égalité de traitement des personnes handicapées. Leur sort risque de dépendre de la bonne ou mauvaise santé financière des départements. » Une telle décision serait-elle guidée avant tout par une logique de réduction de déficits de l'Etat ? Le handicap ne serait ainsi perçu que comme une charge à transférer au profit de collectivités, elles-mêmes exsangues, et qui pourraient être tentées, au travers de la manne financière ainsi transférée (plus de 11 milliards d'euros) de détourner ces sommes pour assurer leur propre équilibre. L'Unapei refuse une telle décentralisation de la politique du handicap et demande sans délai l'ouverture d'une concertation avec le Chef de l'Etat et les personnes concernées.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 09-10-2012 par fleur14 :
Ce n'est pas comme cela que les fibros vont obtenir une reconnaissance ! Il va falloir se motiver et se battre au niveau de notre région !

Le 10-10-2012 par Nigremont :
L'UNAPEI est bien rapide dans sa contestation,en ma qualité d'ancien président d'ADAPEI nous avons toujours eu beaucoup plus d'attention et de compréhension du département que de l'Etat pour faire aboutir nos projets
Les foyers d'hébergement étant déjà à la charge financière des départements il est logique que les ESAT le soient également

Le 16-10-2012 par Xuaped :
Mr Nigremont, vous "semblez" oublier la LOI DE 1975 ... C'est ELLE seule qui garantit l'égalité de traitement pour toutes personnes handicapées.
Ce transfert traduit de fait l'abandon de cette loi rien de moins.
Respectez (à minima) ces personnes en refusant ce dictat scélérat.Depuis 1993 engagé dans la défense de ces personnes, "e pense savoir de quoi je parle !

Le 18-10-2012 par ALGED :
Oui les fibros et les autres.Je pense aux aidants familliaux qui voit le nombre d'heures accordé pour une aide extérieure (prestataire ou employé direct) diminué come peau de chagrin

Le 18-10-2012 par kittymag :
Enseignante dans un département depuis 7 ans et un CDDP (centre documentaire départemental pédagogique) jamais adapté (escaliers sans rambardes, rampes non entretenue qui abouti à une porte fermée à clé sans sonnette ni interphone et la clé??? perdu MDR) alors ça ne changera pas grand chose, les départements ne font déjà rien: pas d'entretien des voiries, parking et trottoirs eneigés et verglacés par exemple...et on ose nous demander de payer des impôts (on les double même)...la honte est le nouveau sport des élus d'un pays soi disant "égalitaire et fraternel" mais bien sure!

Le 21-10-2012 par oups :
ce n est pas une facon de faire pour fermaient les yeux dessus et dire pas notre faute conceil general c est un comportement hypochrite et pas une concideration malgre ses dires CA TOURNE VITE SA VESTE

Le 21-10-2012 par ALGED :
Cela a déjà commencé dands le 77
on veut dissoudre en fait la MDPH en la faisant passer sous une direction englobant les personnes agées,les cas sociaux.. ect
L'expertise de la MDPH est mise en cause car on "révise" ces dossiers(angle financier bien sur!! ) .Donc délai allongé et redondance redemande de pièces justificatives. Le sentiment d'être des citoyens de seconde zone!

Le 22-10-2012 par ALGED :
Voila pour Mr.Nigremont un extrait à lire au complet sur www.localtis.info (du 08/oct)
" Enfin, on peut imaginer que la réforme comprenne une "départementalisation" complète des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), qui abandonneraient leur statut de GIP pour devenir un service du conseil général (en sachant que dans les faits, dans certains départements, cette intégration est déjà très forte...). D'aucuns considèrent toutefois qu'il faudrait alors en profiter pour en faire partout des maisons de l'autonomie, ce qui supposerait de relancer le chantier de la convergence personnes handicapées-personnes âgées. Les associations de personnes handicapées risqueraient quant à elles de s'opposer à la disparition des GIP."
il faut donc que les associations au sein des GIP se mobilisent
L'Unapei a raison de s'indigner
Apres la dilution des MDPH sera l'AAH qui va se "départementaliser" , devenir inégalitaire ou se dissoudre
QUE DEVIENDRONS NOUS ?

Le 24-10-2012 par STEPHANE :
Je suis travailleur handicapé dans la fonction publique hospitalière c'est déjà difficile de faire respecter la loi du 11 février 2005 et la discrimination subit au CHRU;je me bat depuis dix ans,qu'est-ce que cela va etre maintenant,il vaut mieux que je demande l'a AAH car la discrimination va s'amplifier pression ,discrimination rime pas avec handicap.
Travailleur handicapé battons nous!
Le gouvernement se désengage,on a déjà beaucoup morflé,il va falloir se mobiliser en nombre pour l'égalité des chances,le respect de la personne handicapé qui travaille.
L'aménagement du poste de travail doit s'appliquer pas que sur le papier ni partiellement mais bien tous les jours.
Oui handicapé ,oui on se bat ,oui on défend nos droits,mais on travaille....

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr