2 millions de salariés menacés par le handicap ou la maladie

Résumé : Deux millions de salariés seraient menacés de perdre leur emploi pour raison de santé ou handicap, estime un rapport de l'Igas ! Pathologies ostéo-articulaires et troubles mentaux représentent 75% des avis d'inaptitude.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Entre "un à deux millions de salariés risquent de perdre leur emploi à court ou moyen terme en raison d'un problème de santé ou d'un handicap", soit 5 à 10% des salariés, estime l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) dans un rapport recommandant une meilleure prévention de la "désinsertion professionnelle" (en lien ci-dessous).

Avis d'inaptitude

Cette population, "mal cernée, est appelée à croître avec le vieillissement de la population active", précise l'Igas dans un rapport commandé par les ministres du Travail et de la Santé de la mandature précédente. Cette estimation est basée sur le nombre de salariés bénéficiant d'une reconnaissance administrative de leur handicap (RQTH), soit 900 000 personnes, et sur celui des salariés partiellement aptes ou inaptes au travail. En 2012, environ 850 000 avis d'aptitude avec réserve et 160 000 avis d'inaptitude ont été prononcés par les médecins du travail pour des salariés du privé, indique l'Igas. Les pathologies ostéo-articulaires et les troubles mentaux et du comportement représentent 75% des pathologies à l'origine des avis d'inaptitude. Dans deux cas sur trois, l'origine de ces pathologies n'est pas professionnelle.

Quelles recommandations ?

Pour éviter pertes d'emploi et déclassements et garantir une meilleure prise en charge de ces salariés, l'Igas formule trente recommandations allant du maintien des liens entre employeurs et salariés durant les arrêts de travail, au renforcement des services de santé au travail (médecine du travail), en passant par la fusion, par mesure de simplification, des dispositifs du temps partiel thérapeutique et du travail léger. "Le besoin d'information sur le rôle des différents acteurs (l'entreprise, le médecin du travail, les organismes de protection sociale, les fonds pour l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés...) reste mal couvert", estime en outre le rapport, recommandant de lancer un "plan de communication sur les dispositifs de prévention de la désinsertion professionnelle".


A ce titre, l'Igas préconise que la réforme de la formation professionnelle, en préparation, prenne en considération les personnes restreintes dans leur activité professionnelle par une maladie ou un handicap afin de "mieux leur proposer un accès à la formation".

© Gilles Lougassi/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr