Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Handicap: le Comité d'Ethique dit non aux assistants sexuels

Résumé : Le Comité national consultatif d'éthique (CCNE) vient de rendre un avis défavorable aux assistants sexuels pour les personnes handicapées que certaines associations souhaitent voir autorisés en France.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 12 mars 2013 (AFP) -
Des associations demandent que la réglementation permette la mise en place en France de services d'accompagnement sexuel comme il en existe dans des pays tels que l'Allemagne, les Pays Bas, la Suisse et le Danemark, rappelle le CCNE dans cet avis mis en ligne.

L'aide sexuelle peut aller de l'assistance érotique aux caresses, contact corps à corps jusqu'au rapport sexuel.
Un film américain sorti en France aborde ce sujet délicat : dans "The Sessions", inspiré d'une histoire vraie, Mark, 38 ans lourdement handicapé après une attaque de poliomyélite, décide de recourir à une assistance sexuelle pour perdre sa virginité.

Délivrer un service sexuel à la personne handicapée entraîne des risques important de dérives, relève le CCNE en rejetant tout "angélisme".
"D'une part, les bénéficiaires sont des personnes vulnérables et susceptibles d'un transfert affectif envers l'assistant sexuel", relève-t-il.
D'autre part, rien ne peut assurer que ce dernier ne va pas lui-même se rendre vulnérable "par une trop grande implication personnelle dans son service".

Le CCNE considère qu"il n'est pas possible de faire de l'aide sexuelle une situation professionnelle comme les autres en raison du principe de non utilisation marchande du corps humain."
De plus, selon lui, "il semble difficile d'admettre que l'aide sexuelle relève d'un droit" de prestation qui serait "assuré comme une obligation de la part de la société et qu'elle dépende d'autres initiatives qu'individuelles".
Les associations qui réclament la mise en place de services d'aidants sexuels contestent leur assimilation à de la prostitution. Il est pourtant difficile de qualifier cette aide autrement, "sauf à en faire une activité non rémunérée", note le Comité d'Ethique.
En France, servir d'intermédiaire entre une personne qui se prostitue et une autre qui a recours à ses services, relève du proxénétisme.
Or, "si une chose est interdite pour tout le monde, pour des raisons éthiques, il semble difficile d'envisager quelle soit autorisée dans le cadre d'initiatives individuelles et seulement au profit de certaines personnes", ajoute-t-il.

Néanmoins, le comité préconise une formation des personnels soignants et éducatifs à la sexualité des patients. Cette formation doit notamment avoir "un côté technique (par exemple faciliter les relations physiques entre personnes handicapées, ou l'accès à des moyens mécaniques de satisfaction sexuelle)".
Le CCNE avait été saisi de ce sujet par Roselyne Bachelot, alors qu'elle était ministre des Solidarités et des cohésions sociales.


L'intégralité de l'avis est accessible en ligne :  http://bit.ly/10Emr0r


BC/fa/jmg

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations »

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-03-2013 par Walter Salens :
Ce rapport de la CCNE remonte à la fin septembre 2012. Ses membres n'ont donc pas vu "The Sessions"; dommage pour eux. Ils ont préféré épouser entre autres, la position de Maudy Piot, (Femmes pour le dire, Femmes pour agir) ou celle d'une assoc. qui défend l'abolition de la prostitution.(Mouvement du Nid)Le combat doit donc continuer.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches