Personnes handicapées : citoyens de 2ème zone selon l'APF !

Résumé : Coup de semonce des adhérents de l'APF qui dénoncent la politique actuelle. Marre d'être considérés comme des citoyens de seconde zone ! Et de fixer une feuille de route au gouvernement !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Réunis en Assemblée générale fin juin, à Chartres, les adhérents de l'APF (Association des paralysés de France) ont dénoncé le manque de réelles mesures et l'absence d'implication du président de la République et du gouvernement sur la politique du handicap.

Une très longue liste...

Dans leur collimateur : l'échéance 2015 d'une France accessible, le décrochage des ressources (AAH, pensions d'invalidité...) par rapport au SMIC et l'accroissement de la précarité, l'exclusion de l'accès à la CMU-C à quelques euros près, l'ignorance de la problématique des surcoûts liés au handicap, l'augmentation du taux de chômage, la frilosité sur la formation des enseignants dans l'accompagnement des élèves ou encore l'inégalité de traitement sur le territoire en matière d'aide à domicile... Les reproches faits au gouvernement ne manquent pas.

« Pas de réelle politique handicap »

Selon l'APF, « plus d'un an après l'arrivée de François Hollande et de son gouvernement, force est de constater qu'il n'y a toujours pas de réelle politique du handicap ! Les quelques mesures à destination de publics ciblés ne constituent en rien une avancée concrète au regard de toutes les difficultés quotidiennes des personnes en situation de handicap et de leur famille. » Depuis un an, le gouvernement renvoie l'APF au Comité interministériel du handicap pour avoir des réponses précises. Or celui-ci, prévu en juin 2013, a été reporté à juillet puis à septembre !

Quatre motions prioritaires

Ses adhérents ont donc adopté quatre motions, au goût de slogan, exprimant les fortes attentes des personnes en situation de handicap.

Accessibilité : l'échéance de 2015 n'est pas contournable !
A moins de deux ans de 2015, ils dénoncent toutes les tentatives des acteurs publics et privés pour assouplir ces obligations légales ou contourner cette échéance. Et rappellent que ces obligations existent depuis près de 40 ans.

La solidarité nationale n'est pas la charité !
Face à une réalité sociale jugée inacceptable, la crise socio-économique ne peut en aucun cas justifier que soit portée atteinte aux droits fondamentaux des personnes en situation de handicap. A quand la prestation de compensation universelle couvrant tous les frais (aides humaines et matérielles) ? A quand le revenu d'existence effectif et décent ?

Services d'aide à domicile : un cri d'alarme
Le pouvoir d'appréciation laissé aux conseils généraux amène certains d'entre eux à refuser de prendre en compte la spécificité des besoins des personnes handicapées en matière de service d'aide humaine et la réalité de leur coût. Ce qui engendre des restes à charge qu'elles ne sont pas en mesure d'assumer et une augmentation alarmante de la pauvreté.

La citoyenneté et la participation sociale ne sont pas négociables !
Encore aujourd'hui, en écho aux propos des fondateurs de l'APF voici 80 ans, les personnes handicapées se heurtent à des obstacles d'ordre environnemental et comportemental qui les empêchent d'accéder à une réelle citoyenneté et participation sociale !

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 11-07-2013 par nenette :
Non seulement ns sommes conssideres commes des objets encombrant par les institutions, y compris par la medecine, par ces derniers ns sommes des demeurer, mais aussi les droits complement baffoues
Deux exemple:
Un medecin du CEP, m'a refuser recemment l'accord d'un fauteuil roulant electrique, en comparant a une voiture et un permis de conduire..
Selon ce medecin il faut avoir 10/10 sur les 2 yeux et une vue a 120 degre.......

Mon mari defficient visuel, la MDPH lui refuse tt, AAH, CARTE D'INVALIDITEE AVEC MENTION MAL VOYANT ET ACCOMPAGNANT OBLIGATOIRE ETC.........

A en croire certains, les pers handicapes sont reduits a etre ds les psychiatrie ou foyer et ne pas etre maries, ne pas etre en logement..
Ns avons le droit de vivre, enfin survivre, des factures a payers, loyers, transports, mutuel extrement cheres, manger etc......

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr