Handicap: financements garantis 'pour les cinq ans qui viennent' (Montchamp)

Résumé : Les départements n'ont 'aucune inquiétude' à se faire 'pour les cinq ans qui viennent' concernant la prise en charge du handicap, assure la secrétaire d'Etat Marie-Anne Montchamp, avant la seconde lecture au Sénat à partir de mardi du projet de loi

Par , le 

(QUESTIONS/REPONSES)

PARIS, 18 oct 2004 (AFP) - Les départements n'ont 'aucune inquiétude' à se faire 'pour les cinq ans qui viennent' concernant la prise en charge du handicap, assure la secrétaire d'Etat Marie-Anne Montchamp, avant la seconde lecture au Sénat à partir de mardi du projet de loi pour l'égalité des droits et des chances des personnes handicapées.

[BB] Q: A quoi servira la nouvelle prestation de compensation ?[EB]
R: A compenser l'effet d'un handicap, par la solidarité nationale. Ce peut être une aide en nature ou financière: aide technique (appareillage, fauteuil, aménagement du logement ou de la voiture...). Aide humaine, pour aider une personne à se lever, se nourrir, mais aussi sortir, aller au cinéma.
Elle est conçue pour venir en plus des aides existantes. On peut imaginer qu'une personne très lourdement handicapée bénéficie d'autant d'auxiliaires de vie qu'il est nécessaire pour avoir quelqu'un tout le temps.

[BB] Q: Les départements vont financer cette prestation: ont-ils toutes les garanties de financement dans les années qui viennent ?[EB]
R: Oui. La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) prévoit les financements. Ce qui fait peur au département, c'est la comparaison avec l'Allocation personnalisée pour l'autonomoie (APA, 828.000 bénéficiaires au 30 juin, chiffre en progression ndlr). En matière de handicap, on n'est pas sur une augmentation de la population que l'on connaît pour les personnes âgées.
Aujourd'hui, il n'y a aucune inquiétude pour les cinq ans qui viennent.

[BB]Q: Les associations demandent le relèvement de l'Allocation adulte handicapé (AAH, 587,74 euros maximum mensuels pour une personne): est-ce envisageable?[EB]
R: Les personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler ont sans doute des ressources insuffisantes. Dans cette loi, j'envisage de mettre une partie de la prestation de compensation au service de l'augmentation des ressources.

[BB] Q: Dans un livre, Alice Donna raconte que l'on a demandé à son père de rembourser 370.000 euros à la mort de sa soeur trisomique, pour ce qu'elle a coûté pendant 20 ans en foyer. Peut-on envisager la suppression de la récupération des sommes versées?[EB]
R: Il faut que nous ayons une réflexion pour un système équitable. Une des innovations portée par le texte de loi, c'est que le droit à compensation ne pourra pas faire l'objet de récupération.

[BB] Q: Le ministre déléguée aux personnes âgées, Hubert Falco, va démissionner: pourriez-vous hériter de son portefeuille dans la perspective d'une approche globale des questions de perte d'autonomie?[EB]
R: C'est une décision qui revient au chef du gouvernement.

Propos recueillis par Samir Tounsi.

st/ed/sh
[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr