Loi handicap: 'seulement une étape' pour les Paralysés de France (APF)

Résumé : paralysés de France (APF), Marie-Sophie Desaulle, a estimé que la loi handicap adoptée le 3 février par le Parlement et présentée mardi à l'Elysée par le président Jacques Chirac, constituait 'seulement une étape'.

Par , le 

PARIS, 8 fév 2005 (AFP) - "Cette loi ne constitue qu'une étape, il y a encore un long chemin à parcourir pour que les personnes handicapées puissent se déplacer librement", a estimé Marie-Sophie Desaulle devant des jounralistes à l'issue du discours du président Chirac.
"Une loi ne suffit pas: les principes de celle de 1975 n'ont pas été concrétisés. Il faut que l'ensemble des décideurs publics se saisisse du sujet, sinon la loi restera une incantation", a-t-elle ajouté.
La présidente de l'APF, qui revendique plus de 30.000 adhérents et 500.000 donateurs, a cependant salué les "vraies améliorations", telles la prestation de compensation.
Sur l'accessibilité, alors que la loi prévoit de rendre accessibles aux handicapés les transports en commun, les immeubles d'habitation et les lieux recevant du public dans un délai maximum de 10 ans, Mme Desaulle a lancé un appel "aux propriétaires de commerces de proximité, de cinémas, aux maires, à la Poste... S'ils ne se mobilisent pas, on ne va pas y arriver", a-t-elle jugé.
"Enfin, il y a un sujet dont personne ne parle, c'est la discrimination à l'embauche, qui concerne d'abord les personnes en situation de handicap", a regretté la présidente de l'APF.
thm/jba/bg

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr