Chirac: il faut rattraper 'le retard' pour l'accessibilité des handicapés

Résumé : Le président Jacques Chirac a déclaré qu'il fallait rattraper le "retard majeur" en matière d'accessibilité des bâtiments publics aux handicapés, indiquant que toutes les préfectures seront aménagées 'dans l'année'.

Par , le 

PARIS, 8 fév 2005 (AFP) - Il faut "faire en sorte que les personnes handicapées aient accès et puissent participer à toutes les dimensions de la vie sociale. Qu'elles puissent trouver toute leur place à l'école ou occuper un emploi. Mais aussi que le cadre de vie soit, partout, adapté à leurs besoins", a déclaré M. Chirac dans un discours à l'Elysée.
Concernant l'environnement domestique et urbain, M. Chirac a estimé qu'il fallait "rattraper notre retard, majeur, s'agissant des bâtiments publics".
"Toutes les préfectures de France seront aménagées dans l'année", a-t-il assuré.
M. Chirac intervenait après l'adoption le 3 février par le Parlement de la loi "pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées".
Il a rappelé que la loi avait fixé un délai maximum de dix ans pour aménager l'ensemble des établissements recevant du public et pour les
transports collectifs.
"Bien sûr, tout ne pourra pas se faire en un jour. Mais des obligations et des délais sont désormais fixés, qui seront respectés, sous peine de sanction", a averti le président de la République.
Il a précisé qu'il demandait aux préfets d'établir avec les Conseils départementaux consultatifs des personnes handicapées "la liste indicative des besoins prioritaires" pour l'accessibilité des bâtiments publics.
"Cela commence à l'école", a-t-il dit en rappelant que 89.000 enfants ont été intégrés en milieu scolaire ordinaire contre 48.000 il y a deux ans.
"La loi va permettre de nouveaux progrès. Dès la rentrée prochaine, chaque enfant, chaque adolescent présentant un handicap pourra être inscrit dans l'établissement le plus proche de son domicile, qui constituera son établissement de référence", a déclaré le chef de l'Etat.
Il a aussi appelé, en matière d'emploi, à "franchir une nouvelle étape".
M. Chirac a rappelé que la loi prévoit des sanctions renforcées contre les employeurs récalcitrants mais que, surtout, elle "vient consacrer une nouvelle approche, plus incitative, en permettant de récompenser les efforts de recrutement".
Les chefs d'entreprise "ne doivent pas considérer l'embauche de personnes handicapées uniquement comme une obligation légale, mais comme une véritable opportunité à saisir, au profit de tous", a-t-il dit.
ml/db/bg

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr