Maisons départementales du handicap: 50 millions d'euros au 1er juillet

Résumé : Philippe Bas, le ministre délégué aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la Famille, a confirmé l'attribution au 1er juillet de 50 millions d'euros pour l'installation au 1/01/2006 de maisons départementales des personnes handicapée

Par , le 

PARIS, 7 juil 2005 (AFP) -
A l'occasion de la remise par M. Paul Blanc, sénateur des Pyrénées Orientales, de son rapport sur les maisons départementales des personnes
handicapées, M. Bas a "confirmé l'attribution dès le mois de juillet d'une enveloppe de 50 millions d'euros" pour la mise en place de ces maisons qui
doivent permettre une simplification des démarches administratives pour les personnes handicapées, selon un communiqué du ministère.
Les fonds, répartis entre les départements, proviennent de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (Cnsa), qui collecte les sommes
issues de la "journée de solidarité" travaillée (gouvernement), que les syndicats appellent "suppression d'un jour férié".
Prévues par la loi handicap du 11 février 2005, les maisons départementales du handicap sont des sortes de "guichet unique" sous la responsabilité du président du conseil général.
A l'intérieur, une Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDA) étudiera l'ensemble des droits de la personne en matière d'attribution des prestations.
La CDA s'occupera aussi de reconnaître le handicap des adultes et d'apprécier leur taux d'incapacité (mission aujourd'hui à la charge des commissions techniques d'orientation et de reclassement professionnel, les Cotorep).
Elle devra aussi s'occuper de l'orientation scolaires des enfants handicapés (à la charge aujourd'hui des commissions départementales de
l'éducation spéciale).
st-ed/sd

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr