Les personnes handicapées se mobilisent jeudi pour être 'citoyens à part entière'

Résumé : 'Aidez-nous à être des citoyens à part entière': cet appel d'une Bretonne en fauteuil roulant sera le mot d'ordre jeudi de la journée de mobilisation en faveur des personnes handicapées de l'Association des paralysés de France (APF).

Par , le 

Par Emmanuelle TRECOLLE

RENNES, 6 sept 2005

[BC][EC]Un rassemblement est prévu à 10h00 à Paris devant le ministère de la Santé, ainsi que plusieurs manifestations dans les régions, "dans la mesure où nous aurons les moyens de venir", a souligné avec malice Valérie Meurou en présentant, mardi à Rennes, cette journée.
[BC][EC]L'APF réclamera principalement que les "décrets d'applications de la loi handicap du 11 février 2005 soient conformes aux attentes des personnes handicapées", notamment en ce qui concerne l'accessibilité et la prestation de compensation.
[BC][EC]Pouvoir accéder à tous les bâtiments comme aux transports en communs reste "une lutte au quotidien", témoigne Mme Meurou, assise dans son fauteuil roulant. La nouvelle loi handicap fixe un délai maximum de 10 ans pour la mise en accessibilité des immeubles existants, mais l'APF craint que la loi ne permette trop de dérogations, notamment à caractère économique.
"Pourtant, ce qui nous facilite la vie facilite aussi la vie des personnes âgées et des mères de famille", rappelle Valérie Meurou qui énumère tous les lieux inaccessible pour une personne en fauteuil roulant : cinémas, préfectures, mairies... "Il n'y a qu'en restant chez soi qu'on n'a pas de problème", renchérit André Renault, lui aussi en fauteuil roulant.

[BC][EC]"Prêt à porter et sur mesure"

[BC][EC]Pour Sandrine Baot, jeune handicapée moteur, cette loi handicap est une déception car "les ressources ne changent pas". En effet, selon l'APF, les bénéficiaires de l'Allocation adulte handicapé (AAH, 600 euros), et de la majoration vie autonome (100 euros), ne gagneront que six euros de plus qu'auparavant.
[BC][EC]Le ministère avait estimé début juillet que quelque 130.000 personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler pourraient bénéficier d'une garantie de ressources allant jusqu'à 766 euros mensuels.
[BC][EC]Les adhérents de l'APF s'inquiétent également de voir l'Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) remplacée par un système forfaitaire de compensation: "Si on n'entre pas dans la bonne catégorie, on n'a droit à rien", estime Valérie Meurou. "On va vers une déshumanisation. On sera catégorisé par pathologies. Cette loi nous propose du prêt à porter alors qu'il nous faut du sur-mesure".
[BC][EC]"C'est un peu angoissant" que les pouvoirs publics "ne prennent pas en compte les besoins réels des personnes handicapées", témoigne Sandrine Baot.

Pour l'APF, chaque personne doit pouvoir choisir comment elle souhaite vivre, à domicile ou en établissement, par exemple.
[BC][EC]Fruit de plus d'un an de consultations et de travaux parlementaires, la réforme de la loi d'orientation de 1975 établit le principe que "toute personne handicapée a droit à la solidarité nationale". Après son vote au Parlement le 3 février, le président Jacques Chirac avait appelé "à la mobilisation de tous" pour l'intégration des personnes handicapées, l'un des trois grands chantiers de son quinquennat.

etr/jri/st/bma


[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr