Rififi en Savoie à propos d'un muret qui entrave le passage d'une personne handicapée

Résumé : Les amis d'un paraplégique ont détruit,devant une soixantaine de curieux,un muret dans la station de ski des Arcs empêchant le passage d'un fauteuil roulant,mais le syndic,qui juge cet acte illégal, a annoncé sa reconstruction,a constaté un journali

Par , le 

LES ARCS (Savoie), 17 août 2006 -

[BC][EC]L'histoire débute en 2004 lorsque Charles Rossi, 53 ans, lyonnais et co-propriétaire d'un appartement dans un immeuble des "Arcs 1.600" à flanc de montagne, devient paraplégique après un accident de vélo.
[BC][EC]Son appartement est situé au deuxième étage sans ascenseur, mais le terrain étant pentu, son balcon arrière est de plain-pied. Il demande alors à la centaine de propriétaires de son immeuble l'autorisation de percer son balcon, ce qui est accordé.
[BC][EC]Mais pour accéder à la rue piétonne, il est gêné par un muret de pierres et d'ardoises, haut de 40 cm, construit en 2005, et doit à chaque fois faire appel à quatre personnes pour franchir l'obstacle.
[BC][EC]"Depuis 14 mois, je demande l'autorisation de faire des mini-travaux pour ne plus avoir besoin de solliciter des volontaires pour accéder chez moi. La Fnath (Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés) me dit que je vais devoir me battre pendant 10 ans. J'ai donc décidé de faire sauter l'obstacle", a expliqué M. Rossi.
[BC][EC]Le syndic, qui gère les parties communes, estime qu'il lui faut l'autorisation des 800 propriétaires de la résidence pour couper le mur, mais aussi faire un cheminement sur 20 m respectant la réglementation, qui passera devant les fenêtres arrières de l'immeuble et peut constituer une nuisance.
Il a convoqué une assemblée générale le 27 octobre.

jag/gk/pre/sh


[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr