Les sourds et malentendants réclament un meilleur accès à l'audiovisuel

Résumé : L'Union nationale pour l'insertion sociale du déficient auditif (Unisda) réclame un meilleur accès des sourds ou malentendants aux programmes télévisés, en particulier en cette période de campagne électorale.

Par , le 

PARIS, 17 jan 2007 (AFP) -
"Il importe d'avoir accès aux échanges politiques en période de campagne pour être en mesure d'exercer son droit de vote et son devoir de citoyen en toute connaissance de cause", souligne l'Union, regrettant que la France soit "en retard en matière d'accès à la citoyenneté".
"Aucun journal télévisé du soir n'est accessible de la sorte, contrairement à d'autres pays étrangers", relève l'Unisda.
Elle souligne qu'en Angleterre, 95% des programmes de la BBC sont sous-titrés, contre 23% pour TF1, 32% pour France 2, et 9% pour M6.
"De plus, hormis quelques rares programmes, le recours à la langue des signes n'est aujourd'hui envisagé par aucune chaîne", regrette-t-elle.
L'Unisda réclame une meilleure accessibilité également au cinéma, aux DVD et à la publicité, et en a fait le thème d'un congrès qui se tient jeudi à Paris, en présence du ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres.
Le congrès doit dresser un état des lieux de l'application de l'article 74 de la loi du 11 février 2005 eu terme de laquelle les chaînes doivent prévoir des proportions substantielles de programmes accessibles aux sourds et malentendants.
L'Unisda souhaite obtenir des acteurs concernés --gouvernement, chaînes, producteurs et réalisateurs de films, diffuseurs de DVD et annonceurs
publicitaires-- des engagements à améliorer la situation.
fb/pr/Glk

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».


Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr