Nestlé recrute sur Hello Handicap

Des parents tentent de sauver des classes pour mal-voyants

Résumé : Des parents d'enfants scolarisés dans une école spécialisée pour les élèves mal-voyants à Villeurbanne (Rhône) se mobilisent contre un projet de fermeture des classes primaires annoncé par l'inspection académique.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Par Frédéric HAPPE

LYON, 7 jan 2009 (AFP) -
Menés par Victor Vieira, dont les deux enfants sont scolarisés en primaire à l'Etablissement régional d'éducation adapté pour déficients visuels (Erea DV), qui accueille les élèves de la primaire au lycée, ces parents veulent conserver cette structure dont il n'existe que deux équivalents en France.
"Ici, nous avons des professeurs spécialisés qui travaillent en équipe, assurent un vrai suivi des élèves dans la durée, avec des méthodes adaptées, un internat, un pôle médico-social sur le site, etc", détaille M. Vieira.
"Même avec toute la bonne foi de l'inspecteur d'académie, qui veut transférer les enfants dans des Classes d'intégration scolaire (Clis), il y aura forcément une perte d'efficacité et, pour les enfants, on ne fera jamais mieux qu'ici", ajoute-t-il.
En septembre, le proviseur de l'établissement, qui n'a pas souhaité s'exprimer, avait envoyé un courrier aux parents des élèves de primaire leur présentant comme acquise la fermeture des classes dès la rentrée 2009.
"De toute façon, ouvrir des Clis dans les 6 mois à venir, ce n'est pas possible, d'autant qu'il n'y a pas de place dans d'autres écoles de l'académie pour ça. On veut bien discuter d'autres solutions, mais on demande a minima le gel du projet au moins jusqu'à la rentrée 2010", tranche M. Vieira.
"Pour l'instant il n'y a pas de décision prise, nous travaillons pour une ouverture dans les meilleurs conditions pour les enfants, et nous allons prendre le temps", assure Jacques Aubry, l'inspecteur d'académie.
Mais le représentant de l'Education nationale n'en démord pas, les enfants mal-voyants iront dans des écoles "ordinaires", conformément, selon lui, "à la loi de 2005 "pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées".
"Ces Clis seront dotées de tous les moyens nécessaires. Le budget est prêt, cela nous revient même plus cher que de garder les classes de l'Erea", affirme-t-il.
"Sur l'objectif d'intégration, on est tous d'accord. Certains enfants sont très bien au Clis mais, pour d'autres, c'est important de ne se retrouver qu'avec des enfants non-voyants ou mal-voyants parce que ça les aide à accepter leur handicap. Ce qui compte, c'est les enfants avant tout, on ne peut pas décider à leur place et à la place des parents", argumente Véronique de Montlivault, mère d'un garçon scolarisé depuis 3 ans à l'Erea.
"L'intégration, commente-t-elle encore, doit être un droit, pas une obligation. On peut considérer qu'il vaut mieux que les enfants soient confrontés au monde réel dès le primaire, quitte à prendre des +claques+, mais ces enfants le sont déjà hors de l'école et il sera bien assez tôt pour prendre des +claques+ quand ils seront plus grands".

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 17-01-2009 par basson :
En effet, il faut vraiment tenir compte de l'avis des parents et de l'avis de l'enfant concerne. Tres souvent, l'école et l'academie ne partagent pas l'opinion des parents et enfants atteints.

Le 19-01-2009 par enapatira :
integrer les enfants dans une école ordinaire a été mon combat.Les ecoles spécialisées c'est bdes ghettos !

Le 19-01-2009 par enapatira :
j'etais directeur de l'ecole des jeunes aveugles,cet autre ghetto

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr