Un hypermarché breton va vendre des fauteuils roulants

Résumé : Un hypermarché Leclerc a gagné contre les pharmaciens du Finistère le droit d'étendre sa parapharmacie pour y vendre du matériel médical conventionné comme des fauteuils roulants, a-t-on appris de sources concordantes.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

BREST, 13 mars 2009 (AFP) -
Le Conseil d'Etat vient de rejeter la requête déposée par la chambre syndicale des pharmaciens du Finistère, qui contestait l'avis favorable donné par la Commission nationale d'équipement commercial (CNEC) à ce projet situé à Pont l'Abbé.

Les pharmaciens finistériens souhaitaient contrecarrer la distribution par la grande surface "de matériel médical remboursable hors monopole", dans le cadre de l'extension à 399 mètres carrés (contre 138 mètres carrés
actuellement) de la parapharmacie de l'hypermarché.

"Concrètement, c'est une porte ouverte à la banalisation de la vente des biens de santé dans une version purement commerciale", a affirmé à l'AFP Jean-Jacques Le Bian de la chambre syndicale des pharmaciens.
Mais le directeur du centre Leclerc de Pont l'Abbé, Patrick Bellec, fait pour sa part valoir que le magasin est sur une "zone de chalandise où il n'y a pas de distributeurs de matériel médical".
L'hypermarché a obtenu notamment de la Caisse régionale d'assurance maladie
(CRAM) un "conventionnement" pour la vente de véhicules pour handicapés physiques (fauteuils roulants, manuels ou électriques), et pourra "pratiquer le tiers payant", selon la CRAM.
La vente de "dispositifs d'aide à la vie n'est pas entière réglementé" et c'est la "liberté d'installation" qui prévaut dans ce domaine, a expliqué Jean-Pierre Lesage de la CRAM.

abl/lby/ds

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 14-03-2009 par Walter SALENS :
Une contestation du syndicat des pharmaciens hypocrite:comme si eux ne seraient pas dans le "pure commercial" à tous points de vue. Leur profit provient plus de la vente de produits annexes-non médicamenteux que de médicaments. Pour les "médicaments" non remboursés, ils pratiquent des marges souvent abusives. (voir enquêtes de Que Choisir)
Le non-port d'un badge, donnant leur qualité, est devenu courant derrière leur comptoir.

Et la phrase "Exclusivement en pharmacie" n'est qu'un slogan marketing pur.

Il appartient au client de faire la comparaison (prix, qualité, SAV...) pour ce qui est du fauteuil roulant ou autres matériels.

Corporatisme quand tu nous tiens.

Walter

Le 16-03-2009 par Rooy M. :
Je suis bien d'accord avec ce centre commercial, pourquoi ne pourrait-on pas faire jouer la concurrence? Après tout, c'est à nous de choisir. Dommage qu'il n'y ai pas d'autres centres de distribution,car,pour accéder à du matériel à mettre en place pour moi-même,ou pour le public que j'accueille dans mes 3 gîtes labellisés Tourisme et Handicaps-4déclinaisons; je rencontre de grosses difficultés financières pour trouver même des accessoires très simples et obligatoires, mais cependant hors de prix, et là pas de prise en charge par la CRAM. S'il existe quelque chose en Haute Saintonge, faites le moi savoir, cela nous permettra de mieux vous accueillir. D'avance merci.

Le 19-03-2009 par GPOM :
Grande Surface ou pharmacien, c'est du pareil au même. L'important c'est d'avoir une après-vente de qualité. (délai, compétence,etc.).C'est là que le noeud blesse pour tout ces commercants !!!!

Le 20-03-2009 par lajt :
Je souhaite vivement cette démocratisation de la vente de tous matériels handi...Cependant, "décathlon" s'y est cassé...les dents en essayant de vendre de tels produits pour le sport ! Bonne chance et réussite à "leclerc"

Le 21-03-2009 par Crépuscule :
Ce qui s'appelle inclure le handicap dans le droit commun.

J'ai toujours regretté que pour des vélos à 3 roues, il faille être reconnu handicapé, de nombreuses personnes ne savent pas faire de vélo.

J'ai toujours regretté que pour apprendre à taper sur un clavier à l'école quand la graphie manuelle pose problème, il faut être reconnu handicapé et poser de principe la maladie pour bien exclure tout ce qui pourrait servir aussi à tout le monde.

Le 27-03-2009 par frankxjr :
bien joué Leclerc!!! les tarifs pratiqué actuellement par des sociétés de matériel médical sont scandaleux, et le sav inexistant, un sacré business qui attire les convoitises...

Le 28-03-2009 par AMM :
Leclerc et les Pharmaciens pensent que vendre un fauteuil roulant c'est comme vendre des boîtes de petits pois ou des boîtes de médicament.
Un petit conseil pour cautionner les marges abusives et hop l'affaire est dans le sac.
Je suis distributeur de matériel médical et je ne vends pas de fauteuil roulant à une personne sans avois pris contact avec l'équipe médicale et m'être rendu chez le patient pour analyser son environnement.
Ce service je ne le facture à personne car j'estime que c'est un service nécessaire. La personne en fauteuil est dans son fauteuil toute la journée elle et si par exemple le fauteuil ne tourne pas dans le couloir pour aller à la salle de bain, je ne pense pas que Leclerc ou la Pharmacien se déplaceront. Et là trop tard, la vente a été faite.
Alors chacun son métier.

Le 17-06-2009 par alain coudre :
Enfin ...Les pros du médic et paramédic sont (en principe) les garants de qualité et correspondance avec le besoin ; souvent ils se contentent d'être l'intermédiaire obligé d'un "commerce" ; bien sûr, souvent (pas toujours), "c'est la Sécu qui paie, avec les mutuelles, les MDPH, etc...." mais au bout du compte, c'est quand même nous tous qui payons un prix pas toujours justifié, on le sait bien ! Nous avons besoins de pros comme les pharmaciens pour les produits pharmaceutiques car nous avons besoin de relations de grande confiance, mais par pour n'importe quoi ni à n'importe quel prix.

Le 17-06-2009 par alain coudre :
Au passage,par ailleurs, sur le fond , je trouve plus efficace et solidaire, le cadre général d'accompagnement et compensation adopté dans la constitution de nos cousins québécois (je vous laisse à vos recherches !)

Le 07-11-2009 par E.GERARD :
Bravo ! Enfin ! Il ne faut pas être pharmarcien ou spécialiste pour vendre un fauteuil . Handicapé moi même, je suis tout à fait capable d'acheter le produit qu'il me faut et même, en faire le réglage (je suis paraplégique) . Le fauteuil roulant devrait donc être vendu comme un vélo ou un scooter pour gens agés, comme en G.B nos voisins ! savez vous que de la Chine à chez nous en passant par les USA et la G.B, le prix d'un fauteuil quadruple ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr