L'enseignement du braille pas assez développé dans le monde

Résumé : La scolarisation des enfants déficients visuels en milieu ordinaire progresse dans le monde, mais l'enseignement du Braille se raréfie, indiquent les participants à un colloque international organisé pour le bicentenaire de la naissance de Louis Brai

Par , le 

Réagissez à cet article !

MARNE-LA-VALLÉE (France), 21 juin 2009 (AFP) -
Dans plusieurs pays, le Braille est de moins en moins enseigné. "Aux Etats-Unis, 10% de la population aveugle peut lire le Braille et moins de 10% des enfants déficients visuels apprennent le Braille", a déploré Vileen Shah, professeur d'histoire et de sciences sociales à Chicago, participant à ce colloque de trois jours, qui s'est tenu le samedi 20 juin 2009 à Marne-la-Vallée, en région parisienne.
Le système universel d'écriture et de lecture tactile développé par le Français Louis Braille devrait "être davantage enseigné" selon elle, "mais beaucoup d'enseignants ne le connaissent pas".
Même constat en Australie: "le problème, c'est de trouver des professeurs qui sont eux-mêmes formés en Braille", explique Maryanne Diamond, présidente de l'Union mondiale des aveugles (UMA).
Au Maroc, où les jeunes déficients visuels scolarisés en milieu ordinaire restent des exceptions l'analyse est similaire. "Il est nécessaire que les enseignants connaissent tous le Braille et ce n'est pas le cas", estime Fatem-Zohra Täifor, professeur de Français au Maroc.
En terme de scolarisation, dans la plupart des pays du monde, le milieu dit ordinaire, avec des élèves voyants, arrive en tête.
En France, aujourd'hui, selon le ministère de l'Education, sur 6.000 élèves concernés par la déficience visuelle, 4.000 sont scolarisés en milieu ordinaire. L'une des priorités du ministère, dans le cadre d'un plan 2008-2011, est de développer la transcription des matériels scolaires en Braille.
En Australie, "depuis les années 70, tous les aveugles sont intégrés en milieu ordinaire, ce qui leur permet de rester près de leur famille sans devoir aller dans des internats comme c'était le cas pour notre génération", explique Maryanne Diamond.
Le milieu ordinaire comporte cependant un inconvénient: "l'intensité de l'apprentissage du Braille est moins bonne que dans les écoles spécialisées", regrette-t-elle.
Pour Vincent Michel, président de la Fédération des aveugles et handicapés visuels de France (FAF), "même si on a progressé sur l'intégration en France depuis 50 ans, des dangers nous guettent car il ne faut pas croire que le tout-intégration est la panacée universelle".
"Il est préférable de passer un certain temps par les institutions spécialisées pour acquérir les apprentissages fondamentaux et pour les confirmer", affirme M. Michel.
Selon les associations, seulement 15% des non-voyants en France maîtrisent parfaitement la lecture en Braille.
Pour l'allemand Peter Brass, président de la commission de l'Union Européenne des aveugles (UEA) sur l'accès aux technologies, "le choix de la scolarisation dépend de la situation de l'enfant, du soutien dont il bénéficie à la maison", mais il rappelle que "le choix du milieu ordinaire permet aux élèves voyants de côtoyer le handicap".
En Allemagne, deux tiers des élèves déficients visuels sont scolarisés en milieu ordinaire.
"Il faut être conscient que tous les enfants ne sont pas capables d'être mélangés", assure Vileen Shah. "Si les conditions telles que les capacités d'apprentissage, et la démarche de l'enseignant ne sont pas réunies, l'enfant est marginalisé dans une classe qui ne correspond pas à ses besoins", avertit le professeur américain.
asm/im/hr/dm t.tmf
Par Anne-Sophie MOREL

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr