Vieillissement des handicapés mentaux

Résumé : L'Unapei, association qui travaille à la défense des personnes handicapées mentales, a réclamé 'une réponse urgente' des pouvoirs publics face au vieillissement de celles-ci, affirmant que 15.500 personnes étaient actuellement 'dans l'impas

Par , le 

Réagissez à cet article !

PARIS, (AFP) -
Quelque 15.500 personnes handicapées mentales "sont dans l'impasse et attendent une réponse urgente", face à leur avancée dans l'âge, a déclaré lors d'un point de presse à Paris Régis Devoldère, président de l'Unapei.
Il faut "immédiatement créer ou adapter" 15.344 places et 14.936 places supplémentaires d'ici à 5 ans, soit un total de 30.280 places, a-t-il ajouté, s'appuyant sur une enquête réalisée par l'Unapei auprès de 270 associations affiliées gestionnaires de 1.475 établissements, représentant 80.002 places.
L'Unapei réclame un plan sur 5 ans et une enquête des pouvoirs publics pour repérer les personnes concernées.
"Le handicap ne disparaît pas avec l'avancée en âge et doit bénéficier de la part des pouvoirs publics d'encore plus de reconnaissance, ce besoin spécifique est aujourd'hui ignoré", dénonce l'Unapei.
"L'angoisse des parents, des frères, des soeurs, des personnes (handicapées
mentales) est criante" face à ce vieillissement, a ajouté Paul Gallard, secrétaire adjoint de l'Unapei, l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis.
"Où habiterai-je ? Resterai-je près de l'endroit où j'ai toujours vécu ?
Quels seront mes revenus ? Après mes parents, qui s'occupera de moi ?": autant de questions, selon M. Gallard, qui sont source d'angoisse pour les « Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations »..
Régis Devoldère a ainsi cité l'exemple "très courant" d'une mère de 90 ans qui décède, laissant une personne handicapée mentale de 60 ans seule, orpheline et sans solution.
Face à ce vieillissement, "soit il faut créer des structures nouvelles, soit adapter l'existant", a estimé Thierry Nouvel, directeur général de l'Unapei.
Parmi les solutions avancées par le collectif, figure celle de maintenir la personne le plus longtemps possible dans son milieu de vie habituel (aussi bien foyer d'hébergement, que maintien à domicile), mais en augmentant le financement de services extérieurs médicaux ou paramédicaux.
L'Unapei propose également de créer des sections spécialisées dans les établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, ou de créer des établissements spécialisés.
"Nous avons l'impression que le dossier handicap n'est plus une priorité pour le gouvernement, or il est temps qu'on avance sur (l'application de) la loi du 11 février 2005", a déclaré M. Devoldère, indiquant qu'il prendrait rapidement contact avec le nouveau ministre du Travail et des relations sociales Xavier Darcos.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr