Aidants familiaux: ne pas les substituer aux professionnels

Résumé : Il faut bien veiller à ne pas substituer les 'aidants familiaux' --qui aident un proche malade ou dépendant-- aux professionnels, a mis en garde l'Observatoire national sur la formation, la recherche et l'innovation sur le handicap (Onfrih).

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !


PARIS, 1 juin 2010 (AFP) -
Le gouvernement a fait part à plusieurs reprises de sa volonté de promouvoir et soutenir le rôle des "aidants familiaux". La notion d'aidant est prévue la loi handicap de 2005. Il s'agit de la possibilité pour une personne dépendante de choisir un "aidant" qui, après formation, pourrait notamment accomplir des gestes liés à des soins prescrits par le médecin qu'elle ne peut faire elle-même, compte tenu de son handicap.
Les pouvoirs publics financent leur formation.
La secrétaire d'Etat aux Aînés, Nora Berra, a aussi annoncé la semaine dernière la création d'une "Journée nationale des aidants" qui aura lieu à l'automne.
Mais, prévient l'Onfrih dans son rapport 2009 publié mardi, "il faut se défier de la tentation de substituer la famille aux professionnels pour des raisons de réduction des dépenses publiques".
"De plus, les ressources économiques, sociales, culturelles des familles étant inégales, ce déplacement des rôles entraînerait un accroissement des inégalités dans l'accompagnement des personnes handicapées", estime l'Observatoire.
L'Onfrih insiste aussi sur la nécessaire amélioration de la formation des professionnels au handicap et souhaite que les innovations technologiques soient davantage accessibles aux personnes handicapées.
jc/pz/fj


" Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ".

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-06-2010 par Walter SALENS :
Evident qu'il ne faut pas opposer les professionnels aux aidants dits familiaux. Si l'Onfrih y voit un moyen pour le gouvernement de réduire les dépenses publiques: leur opinion. Une "Journée nationale de plus...": à quoi bon?
Walter 95

Le 10-06-2010 par Jeanne84 :
prise en charge PCH d'un aidant familial 2,50 €/heure, d'une auxiliaire qualifiée via un service : 17 € alors les motivations du gouvernement ne sont pas la qualité des soins ou l'accompagnement des fratries ...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches