Conférence du handicap : Sarkozy s'exprime !

Résumé : Nicolas Sarkozy s'adressera aux personnes handicapées ! Le 8 juin 2011, au Centre Pompidou (Paris), 750 acteurs du monde du handicap sont conviés à la 2ème Conférence nationale du handicap. Avant première avec Patrick Gohet, président du CNCPH*.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : La première conférence nationale qui s'est tenue en 2008 avait fait l'objet d'une communication préalable durant plusieurs mois. Cette édition semble passée sous silence. Pourquoi ?
Patrick Gohet
: Non, je ne crois pas. Il est vrai qu'en 2008, c'était la première édition, il y avait donc eu une mobilisation large et très tôt. Cette conférence reste peut être un peu méconnue du grand public mais tous les acteurs du secteur en parlent depuis longtemps déjà et s'y sont associés d'une façon ou d'une autre.

H
: Qui y est convié ? Les invités semblent triés sur le volet.
PG
: Il devrait y avoir 750 participants environ, ce qui est important. C'est une conférence institutionnelle, qui n'est pas ouverte au grand public mais reste néanmoins extrêmement large, avec une représentation forte des associations. Elle réunit notamment les membres des trois instances qui ont contribué à sa préparation : le CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées), l'ONFRIH (Observatoire national sur la formation, la recherche et l'innovation sur le handicap) et l'OBIACU (Observatoire interministériel de l'accessibilité et de la conception universelle). Y sont également conviés des acteurs de la société « ordinaire » comme des architectes, des sociétés de transport, des représentants du secteur de l'entreprise... Enfin, du côté des responsables politiques, de nombreux ministres y participeront, et pour commencer mesdames Bachelot (ministre des solidarités et de la cohésion sociale) et Montchamp (secrétaire d'Etat). Enfin, comme vous le savez, le Président de la République prononcera le discours de clôture.

H
: Quels ministères cette conférence implique-t-elle ?
PG
: Tous les ministères concernés par la question du handicap ont été mobilisés. Mme Bachelot et Mme Montchamp ont précisé qu'elles ont rencontré leurs collègues du Gouvernement pour préparer cette conférence. Coordonnés par le secrétaire général du comité interministériel du handicap, les différents ministères ont, notamment, examiné les analyses et les propositions des trois instances que je viens de vous citer, et ont défini les thèmes qui apparaissaient comme prioritaires.

H
: Quels seront ces grands thèmes à l'ordre du jour ?
PG
: Le programme annoncé porte sur l'accessibilité, l'éducation, la formation, l'emploi. Je pense que les participants, en particulier les ministres, seront conduits à aborder d'autres questions.

H
: En février dernier, Nicolas Sarkozy promettait un focus spécifique sur la scolarisation des enfants handicapés...
PG
: C'est évidemment un sujet inévitable, prioritaire, qui fera l'objet d'une des tables rondes. Il a été demandé au sénateur Paul Blanc de travailler sur ce thème. Le CNCPH en a traité également. Les conclusions tirées de ces contributions seront sans doute débattues au cours de la conférence. Il y a plusieurs points, dans ce domaine, qui restent en suspens, en premier lieu la question des AVS (auxiliaires de vie scolaire). Le deuxième, c'est la place de l'enfant handicapé à l'école. C'est le BAba, tout commence là. C'est à l'école que les enfants comprennent que la différence existe, c'est à l'école qu'ils peuvent apprendre et pratiquer déjà la solidarité. Et puis, du point de vue du jeune élève en situation de handicap, si l'on veut que, plus tard, il soit le plus inséré possible, il faut que la scolarisation le lui permette.

H
: En 2007, Nicolas Sarkozy disait : « La situation des handicapés était une priorité en 2007 et le restera. » A-t-il tenu ses promesses ?
PG
: La politique du handicap continue. Les travaux du CNCPH, avec de nombreux ministères, en témoignent. Il s'agit d'appliquer et de mettre en œuvre progressivement la loi de 2005 dans son intégralité. Un exemple : assurer la montée en charge des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées). Depuis la promulgation de cette loi, la crise est survenue, notamment avec ses effets budgétaires. Qui peut le nier ? Pour autant, la politique du handicap reste l'une des grandes politiques nationales. Elle doit être considérée comme une priorité.

H
: Que peuvent attendre concrètement les personnes en situation de handicap de cette conférence ?
PG
: Elle est l'occasion de faire un état des lieux de la situation des citoyens handicapés et de mettre en perspective la nouvelle législation, d'imaginer les mesures à venir pour y parvenir... C'est une étape importante qui va être suivie d'un rapport gouvernemental qui sera soumis au CNCPH. Après avis de notre Conseil, il sera déposé sur les bureaux des deux assemblées et fera, nous l'espérons, l'objet d'un débat public, tant au Sénat qu'à l'Assemblée nationale..

H
: Vous qui avez été délégué interministériel en charge des personnes handicapées pendant sept ans, comment jugez-vous l'application de la loi 2005 ?
PG
: Nous ne sommes qu'à mi parcours de cette application. C'est compréhensible car c'est une loi de société et non pas de circonstance. Il lui faut donc du temps pour produire tous ses effets, notamment en termes de changement de perception du handicap. La loi est un instrument majeur mais elle n'y suffit pas, il faut aussi que les mentalités évoluent, que toutes les composantes de notre société s'approprient cette question. On ne peut pas nier que les choses ont déjà changé. La considération portée à la personne handicapée est aujourd'hui différente et a progressé, mais il faut aller plus vite et plus loin. Cela prend du temps.

H
: Nicolas Sarkozy doit intervenir en clôture de cette conférence. Qu'attend-t-on de son discours ?
PG : Le fait que le président de la République participe à la conférence, c'est important. Et je suppose qu'il ne viendra pas les mains vides. Comme il l'avait déjà fait en 2008, il tiendra probablement un discours de société, assorti de mesures concrètes.

* Patrick Gohet est, depuis octobre 2009, président du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées), après avoir assumé, pendant sept ans, le poste de délégué interministériel aux personnes handicapées.


L'équipe d'Handicap.fr sera présente à la conférence et vous informera tout au long de celle-ci.

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 01-06-2011 par Walter SALENS :
Pour être franc, je trouve que P. Gohet est plus que bienveillant à l'égard de la situation plus de 6 ans après la loi de février 2005. Encore parler de mettre en oeuvre progressivement... la dite loi, témoigne d'un optimisme complaisant. Je crains que la brochette de ministres éventuellement présente, n'y changera rien.
Walter Salens

Le 01-06-2011 par hervé :
je vois que monsieur P. Gohet fait toujours des promesses vers l'avacement des projets ( insertion et embauche d'emploi et à l'accessibilité ), mais il n'y a plus de financement ..

Le 01-06-2011 par PERDRIER Eliane, Présidente :
Même sentiment d'amertume que Mr Walter Salens, bien qu'ayant assisté à la première édition de 2008.
Ce qui ne se dit pas, n'existe pas... d'où ce silence assourdissant sur la grande dépendance entre 20 et 60 ans dans notre pays faute d'un manque inacceptable de structures d'accueil spécialisé quand le maintien à domicile n'est plus possible?
sauf depuis une proposition de loi n°3214 du 9 mars 2011 déposée par Mr le Député Pierre Morel A l'Huissier d'après les travaux de Coordination Solidarités SEP( sclérose en plaques) et après 75 questions écrites par les Parlementaires ...
restées sans suite...
Avec moins de 300 lits long séjour pour près de 1000 demandes non satisfaites, peut-être le seront-elles au 60 ans des personnes en souffrance qui viendront grossir les effectifs relevant du 5ème risque déjà problématique aujourd'hui.
Peut-être serons-nous enfin entendus?

Le 01-06-2011 par hervé :
je vois que les promesses sont toujours là et les choses qui doivent être étudiés comme ( l'mploi et l'accessibilité de la voirie et du bâtit ) dédier aux personnes handicapés auront du retard pour les dates prévues ..

Le 01-06-2011 par hervé :
il faut arrêter les promesses et il faut agir ..

Le 01-06-2011 par pathinder :
10 mois avant les présidentielle pour 2012, un grand évènement il aurait pût s'occuper de nous avant 2012 et faire et apliquer les promesses qui auraient dût être pris, encore un coup d'épée dans l'eau, il ferait mieux de ne pas faire cette réunion, surtout avec Madame Roselyne Bachelot qui n'a pas fait un parcour sans faute depuis son ministère

Le 01-06-2011 par pathinder :
10 mois avant l'élection présidentielle encore des promesses qui n'aboutiront jamais

Le 01-06-2011 par rolls :
La plus grande discrimination négative en France ... , est faite aux HANDICPES ...

L 'handicap est un fait de société qu'il faut gèrer comme tel ... , mais sans jamais Oublier Que Demain , l'Handicapé ... , c'est VOUS ...

TOUS OUBLIENT ;;; , l'handicap ...

Le 01-06-2011 par Franca Fascianella :
Le 24 Mars 2011 j'ai envoyé un courrier à Monsieur le Président de la République pour attirer son attention que du fait de mes 60 ans on veut me faire partir du foyer logement pour handicapés que j'occupe depuis 20 ans…
Et je me suis aperçu qu'il n'y a aucune maison de retraite pour les handicapés moteur de plus de 60 ans…il n'y a que des EHPAD avec des personnes séniles et très âgées…
Si vous pouviez être mon porte parole et ceux qui ont plus de 60 ans de ce foyer où je vis actuellement.
Ïe dois en partir fin décembre 2011

Le 01-06-2011 par igor22 :
il est vrai que dans 1 an c'est les élections... il y en a marre des promesse à quatres sous actuellement on suprime L'AAH..... comment vivre? oui dans une caravane en fauteuil roulant comme moi et cela fait 1 an . ras le bol des blablas....

Le 02-06-2011 par michel :
j'ai envoyé un courier à monsieur le Président pour attirer son attention de la situation
de mon epous aprés une pension d'invaliditée 2 de 580e il se trouve avec une retraite de 420 euro comment vous les vous prendre les 25 ans de salaire pour le calcul de sa retraite puisque apres son accident du travail de 1980 n'a pas pus travailler que mi temp aprés plusieur contacte avec des association pas de réponse sont incapable de vous répondre pas de réponse du Monsieur le président c'est pas avec votre conférence nationale que le probléme financier des miliers d'handicapé va etre résolue tant que il n'ya pas une loi pour le calcul du retraite des handicapé pour qu'il puissent vivre honettement ras le bol des blablas 10 mois avant les présidentielle pour 2012 c'est une honte

Le 02-06-2011 par laurence :
du bla-bla encore et toujours, mais sur le terrain c'est toujours un réel parcours du combattant, des promesses, toujours des promesses, de belles paroles qui ne sont pas suivies d'effet, il serait temps que cela change.

Le 02-06-2011 par fanfan :
bonjour a toutes les personnes handicaper .j ai un frere autiste mentale .personne me fais rien .on parle c et tout monsieur le president mange a sa faim il me tient pas c et promesses.il y en a marre.

Le 02-06-2011 par aldaddy :
On a renfloué les banques avec nos deniers et elles refont des masses de bénéfices . Nous restons floués et noyés par le tsunami des dérogations qui se préparent pour repousser la France "accessible" au-dela de 2015 à 2020 voire au-delà

Le 02-06-2011 par gaby :
Il faut penser aux petits autistes dont leur cas doit être pris en charge très tôt, à l'école pour leur permettre d'essayer de vaincre leur handicap; si cela est possible, pour devenir adulte responsable et se prendre en charge

Le 02-06-2011 par CARM :
les conférences, réunions, discours..... c'est bien quand il en ressort du positif mais là ce n'est pas le cas; alors au lieu de dépenser des fortunes à mettre en place ces conférences qui ne sert à rien, peut-être que les handicapés préféraient de meilleures aides pour l'achat de déambulateurs ou de fauteuils roulants que tous ces gens bien portant pensent qu'ils s'agit d'un "luxe", à en croire le peu de prise en charge ?

Le 02-06-2011 par robinson :
que dire des handicapés devant vivre du RSA faute d'être intégré dans le dispostif prévu à cet effet. Nul ne peut subir un traitement humiliant et dégradant selon les conventions des droits de l'homme

Le 04-06-2011 par VOLTAIRE57 :
Des paroles et des paroles mais il faut agir des efforts ont été faits mais ils sont insuffisants. Il y a encore beaucoup à faire changer la mentalité, les comportements et rendre tout plus accessible les lieux publics les loisirs et tout ce qui permet de circuler et vivre normalement.

Le 05-06-2011 par ANNIE DELORME :
Ce n'est pas parce qu'on est la veille des élections qu'il faut nous prendre pour des billes- TOUS les handicapés ont été abandonnés

Le 06-06-2011 par Richard66 :
C' est l' indignation, après de nombreuses manifestations on ose nous dire que l' Etat ne peut plus assurer les coûts de ces mesures citoyennes.
HONTE aux décideurs encore une fois de plus un discour du Pdt avec des promesses.

Le 06-06-2011 par Pierre :
L'économiste et auteur Christian Jacquiau vient de consacrer un excellent article au handicap sur le site de Marianne 2. Je vous invite à le lire.
Nous sommes très loin de ce qui précède et des considérations de salon qui précèdent. Enfin quelqu'un qui se penche sur sérieusement sur le problème !
Un grand merci Monsieur Jacquiau.

http://www.christian-jacquiau.fr/conference-nationale-du-handicap-le-cas-de-yann-fievet-16300

Le 07-06-2011 par infomatique :
J'ai autre chose à faire que d'écouter les innombrables promesses (jamais tenues) que notre grand timonier prodigue habituellement à tout le monde, avant les élections présidentielles.

S'il fallait que je touche un euro par promesse donné et non tenu depuis les dernières élections, je serais riche.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr