Louis van Proosdij, entrepreneur tétraplégique

Résumé : Louis van Proosdij est un homme brisé par le nouveau protocole imposé par la société qui lui prodigue ses soins à domicile. A la faveur du raz de marée que son témoignage a suscité sur le Net, il aura peut-être fini par obtenir gain de cause...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Racontez-nous votre histoire, qui défraie le web depuis quelques jours ?
Louis van Proosdij
: J'ai 43 ans, je suis tétraplégique -un accident à l'adolescence-, et je vis un cauchemar depuis que Santé Service, association de soins à domicile, a décidé, il y a une vingtaine de jours, de m'imposer un nouveau protocole de soins. Pour résumer : une seule douche par semaine au lieu de la douche quotidienne, toilette au lit à la cuvette, l'attribution d'un lit médicalisé et couché tôt, levé tard. Avec ces nouveaux horaires, et le cheveu gras, impossible d'honorer mes rendez-vous professionnels alors que je suis entrepreneur depuis l'âge de 20 ans, spécialiste de l'économie numérique et que j'ai toujours tout fait pour assurer mon autonomie.

H
: Avez-vous alerté Santé Service, votre prestataire de soins ?
LVP
: Evidemment, mais on me parlait comme à un môme. Il n'y avait aucun dialogue possible. J'ai sombré dans le dédale administratif. C'était insupportable. Et encore, j'ai de la ressource mais je ne sais pas comment font les plus fragiles moralement. Alors on baisse les bras, en se disant qu'après tout c'est peut-être notre sort... Mais, dans ces cas là, c'est doublement pas cool d'être handicapé ! Lorsqu'on est englué dans un tel système, il devient inconcevable d'avoir une activité professionnelle. On vous enferme dans un schéma dont il est difficile de s'extraire.

H
: Mais pour quelles raisons cette association a-t-elle décidé ces modifications ?
LVP
: C'est une succession de dysfonctionnements. La très grande majorité des soignants fait vraiment un boulot formidable, mais une minorité n'a pas la vocation. D'autres se cassent le dos parce qu'ils refusent d'appliquer les gestes et postures de sécurité. Cela crée des tensions dans les équipes, alors, pour mettre tout le monde d'accord, et parce que les conflits n'ont pas été gérés en interne, les employeurs décident de niveler par le bas en limitant les actes et les transferts.

H
: Vous avez donc décidé de raconter votre situation sur le réseau social Twitter et votre blog.
LVP
: Oui, c'était un cri du cœur. Et, grâce à mon réseau sur le Net, j'ai fait circuler l'info. Je me suis dit qu'avec l'aide de quelques copains, mon SOS allait bien remonter dans quelque cabinet ministériel. Ironie du sort, ceci tombe juste après l'intervention de Nicolas Sarkozy une semaine plus tôt lors de la Conférence nationale du handicap.

H
: Et là, surprise...
LVP
: Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'Etat aux solidarités, adepte de Twitter, a été alertée, a pris contact avec moi et le prestataire qui a reconnu son erreur en convenant que le protocole avait été rompu de manière unilatérale, et qu'il allait être reconsidéré.

H
: Mais au-delà de cette issue qu'on espère bientôt favorable, votre témoignage a créé une déferlante sans précédent...
LVP
: Oui en effet. J'ai reçu 5000 mails et messages divers, et mon blog a croulé sous l'affluence. J'en profite d'ailleurs pour dire que j'aurai du mal à répondre à tout le monde. Je ne suis pas dactylo, je ne suis qu'un tétra qui tape avec un doigt.

H
: Qui étaient ces internautes qui vous ont contacté ?
LVP
: Il y a tous les profils. Ceux qui ont vécu des choses similaires, avec des témoignages vraiment poignants. Et puis aussi des aides-soignants qui ne reconnaissent plus leur métier, ou des infirmières dégoutées.

H
: Et aucun détracteur ?
LVP
: Si, bien sûr. Des aides-soignants qui me reprochent de dégrader l'image de leur profession. Je tiens à leur répondre que je ne pars pas en croisade contre eux, puisque je leur dois, depuis 27 ans, ma qualité de vie, mais contre les aberrations du système. D'autres me suggèrent de me payer moi-même une aide à domicile puisque je suis entrepreneur. Et le mieux, ce sont ceux qui me déclarent « Votre copine pourrait vous doucher ! ».

H
: C'est vraiment méconnaître le quotidien de l'entourage d'une personne handicapée...
LVP
: Oui, c'est certain. Nos compagnons supportent déjà notre handicap à chaque instant, et ils n'ont pas vocation à se transformer en aide-soignant. On ne peut pas être à la fois femme, amante, amie, auxiliaire de vie et infirmière. Qui serait capable d'assumer tout cela ? C'est d'ailleurs le défaut des services de soins à domicile qui se reposent trop souvent sur des familles qui peinent déjà à accompagner leur proche au quotidien.

H
: Comment expliquez-vous un tel raz de marée ?
LVP
: Je le dois peut-être au hasard médiatique. Il ne s'est pas passé grand-chose cette semaine là, et mon histoire a du titiller quelques journalistes. Je me suis rendu compte que Twitter était devenu un véritable radar pour eux. La télé, la radio et une dizaine de grands quotidiens ont déferlé. J'ai été interviewé par LCI, BFM, France 5, Europe 1, RMC, L'Express, le Figaro ou Libé... J'imagine qu'ils sont venus y puiser la réflexion sur une aberration.

H
: N'est-il pas insensé que le gouvernement ait été alerté par le Net ? Cela signifie-t-il que les procédures administratives classiques n'aboutissent plus ?
LVP
: Combien de temps aurait-il fallu avant que mon dossier, en passant de service en service, ne soit déposé sur le bureau d'un ministre ? Des mois, voire des années, avec des pétitions et des centaines de témoignages de « tétras pas douchés »... C'est la force de ces nouveaux outils de communication. Même si on sait bien qu'ils retombent aussi vite qu'ils ont réagi, ce sont de bons outils pour prendre le pouls, pour s'emparer rapidement d'un sujet, y compris dans les cabinets ministériels. On a gagné un temps fou pour arriver jusqu'à l'Elysée !

H
: Quelle morale tirez-vous de cette affaire ? Y-aura-t-il un après ?
LVP
: Le gouvernement ne peut pas prôner un discours en faveur de l'emploi des personnes handicapées si, en même temps, ils n'ont pas la possibilité, tout simplement, d'avoir une hygiène et des horaires de travail comme tout le monde. La question sur la dépendance est une réalité. Alors j'imagine que cet événement peut être une opportunité pour ce débat, et plus largement pour celui de l'accessibilité. Les Etats-Unis se sont dotés, déjà dans les années 70, de lois pour ne pas laisser les vétérans de la guerre du Vietnam sur le carreau. C'est juste un pur bonheur de se déplacer en fauteuil dans ce pays alors qu'il y a une ou deux marches dans quasi toutes les pharmacies de mon quartier ! Il est temps que la France fasse preuve de courage politique et citoyen.

Lien vers le blog de Louis:
http://blog.van-proosdij.fr/

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit d'Handicap.fr»

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-06-2011 par pathinder :
Celà forçe l'admiration que vous vous battiez contre un gouvernement qui se dit à l'écoute des handiçapés, je suis hélas handicapé suite à une tumeur qui était plaçée au cerveau, 3 semaines de coma + 24 mois de convalesçence, car j'étais à la sortie de mon coma j'étais imcapable de faire les gestes de la vie courante,quand au papiers de la cotorep/maison départementale de l'handicapé ont tellement de cas de gens handicapés, j'ai attendu + de 10 pour avoir une auxiliaire de vie, mais il faut que je fasse la demande écrite au préfet pour cette demande, vraiment vous êtes une personne exceptionnelle car vous avez réussis là où beaucoup d'handicapé baissent les bras devant le laxisme d'un gouvernement qui pense que nous donner 832 euros nous permet de vivre, et il pense que c'est suffisan bravo vous êtes un exemple pour nous tous.

Le 29-06-2011 par marco :
édifiant mais la réalité au quotidien pour de nombreuses personnes en situaation de handicap , couchées tôt , lévées tard souvent dans la solitude , personnellement je travaille depuis 30 ans en fauteuil roulant dans l 'administration , j' ai galéré souffert physiquement et j'arrive à 55 ans pour une éventuelle retraite qui devrait passer à 50 ans comme certains régimes spéciaux et heureusement qu'ils ne sont pas en situation de handicap car ils liquideraient leurs retraites avant d'avoir travaillé

Le 05-07-2011 par Jeanne 84 :
Lu à l'instant sur les forums handicap.fr :
http://www.handicap.fr/forum/viewtopic.php?f=10&t=5003&sid=389b237b930ab884191e886be0559518

Bonjour à toute et tous,
Depuis cinq années j'avais droit à 24/24 et pour le renouvellement l'MDPH me donne 9H59 mn, donc 14 heures seul par jour.

Pour l'instant j'ai contester la notification de décision, depuis un mois rien ne bouge ...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches