Handicap: l'AFM lance un fauteuil électrique moins cher

Résumé : L'Association française contre les myopathies (AFM) a présenté un nouveau fauteuil roulant électrique qui se veut plus accessible financièrement aux personnes handicapées, pour lesquelles l'achat d'un fauteuil représente une énorme dépense.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 6 sept 2011 (AFP) -
L'AFM a lancé en 2005 l'idée d'un fauteuil "adapté aux besoins réels" des personnes lourdement handicapées puis a rédigé un cahier des charges fondé sur les observations des futurs utilisateurs, a expliqué lors d'une conférence de presse Christian Cottet, directeur général de l'association.

Ce fauteuil, baptisé wHing, permet notamment à la personne handicapée d'être non seulement assise, à des hauteurs différentes, mais aussi debout ou allongée grâce à des vérins électriques ou de monter les trottoirs.
Un écran permet de commander des équipements de la maison, comme des volets roulants.

Mais "surtout, il est accessible", a souligné M. Cottet. "Nous sommes partis d'un objectif de prix de vente, 17.500 euros, qui permet à peu près avec les aides de la Sécurité sociale et la Prestation de compensation du handicap de ne rien coûter" au client, a-t-il expliqué.

Selon lui, un tel fauteuil coûte sur le marché entre 20 et 30.000 euros, un prix que toutes les aides cumulées (y compris les mutuelles) ne parviennent généralement pas à couvrir.
"Le marché est dominé par une société américaine, qui détient 50% du marché, suivie de trois ou quatre acteurs européens étrangers qui se partagent le reste", a indiqué Sylvain van Wassenhove, directeur général de DrK, filiale créée spécialement pour fabriquer le wHing par le groupe d'ingénierie Segula Technologies.
Entre les importateurs et les distributeurs, "on a une accumulation de taux de marge" qui fait monter les prix, a-t-il continué.
Le wHing, conçu et fabriqué en France, sera vendu directement par internet ou via un vendeur de fauteuils roulants qui mettra en contact le client et DrK.
La commercialisation commencera vers la fin de l'année.

L'entreprise espère vendre 250 fauteuils à l'horizon 2013, soit 10% à 15% environ des fauteuils de ce type.
Le programme a coûté 9 millions d'euros, financés par la société DrK, l'AFM, le conseil général des Yvelines (où se trouve l'usine de fabrication) et la banque publique Oséo, sous forme d'avances remboursables.

Selon une étude réalisée par l'AFM auprès de 611 personnes handicapées, 48% du coût moyen des aides techniques (des fauteuils électriques en général) sont couverts par les financements légaux (assurance maladie, PCH, Allocation pour enfant handicapé).
Le reste relève de l'action sociale locale et de financements privés (mutuelles, associations) et des personnes handicapées et de leurs familles.

Après les financements légaux, il reste en moyenne 6.500 euros à payer.
Dans 20% des cas, ce "reste à charge" (RAC) est supérieur à 11.609 euros.
Avec les financements privés, le RAC tombe à 1.100 euros, une moyenne qui cache de grosses disparités. Nul dans la moitié des cas, le RAC est supérieur à 1.600 euros dans 20% des dossiers.
jc/db/fm

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ".

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-09-2011 par Rosset philippe :
Heureuse initiative, il y a peut être à soutenir ce genre d'entreprise par la diffusion de votre propos de façon plus large.Bien cordialement.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr