Handicap: les établissements d'aide par le travail en danger

Résumé : Les établissements et services d'aide par le travail (ESAT), qui accueillent quelque 110.000 personnes handicapés dénoncent une baisse régulière des dotations de l'Etat, qui baisse la qualité de l'accueil et de l'encadrement.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 4 nov 2011 (AFP) -
"Si on n'arrive pas à être mieux dotés, on va dans le mur!", prévient Jacques Serpette, directeur d'un établissement en Basse-Normandie.

Les quelque 1.400 ESAT (anciens CAT, centres d'aide par le travail) présents en France offrent un travail aux personnes handicapées qu'ils accueillent et un soutien social, médical, psychologique ou éducatif.
Leur financement est assuré par l'Etat pour ce qui relève des dépenses de fonctionnement. Le chiffre d'affaires réalisé par leur activité économique assure les rémunérations des travailleurs handicapés et une partie des investissements.

Or "la dotation de l'Etat diminue tous les ans", dénonce Gérard Zribi, président d'Andicat (association nationale des directeurs d'ESAT).

"En 2012, la hausse prévue de 1% ne correspond pas à l'inflation et comprend la création de places nouvelles, ce qui en fait équivaut à une baisse de 2% ou 3%", poursuit-il.
Selon lui, le gouvernement pousserait les ESAT à accroître leur productivité pour équilibrer leur financement.
"Mais cela reviendrait à privilégier les travailleurs jeunes et dynamiques au détriment des plus vieux ou des moins performants, ce qui est contraire au projet social de ces établissements", souligne M. Zribi, rappelant que 93% des résidents sont handicapés mentaux ou psychiques.

La crise économique n'arrange pas la situation. "En 2009, on a connu une chute importante des chiffres d'affaires et on peut craindre que l'année 2012 soit difficile", prévient Jacques Serpette.
Pour répondre à la crise, de nombreux établissements ont diversifié leurs activités, remplaçant par exemple la sous-traitance industrielle par des prestations de services type blanchisserie, restauration ou entretien d'espaces verts.

"On adapte les emplois aux personnes que l'on accueille et non l'inverse", souligne tout de même Thierry Beulnet, directeur d'un ESAT à Aubervilliers.

Selon une enquête Humanis (prévoyance, mutuelles), qui a interrogé 708 entreprises, 69% d'entre elles ont eu recours au secteur protégé ou adapté (notamment des ESAT) en 2010, soit deux fois plus qu'en 2008.
Toutefois les prix pratiqués restent trop élevés par rapport au reste du marché, ce qui peut décourager le recours à la sous-traitance auprès des ESAT, révèle cette enquête.
ito/bfr/jmg

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ".

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 05-11-2011 par mathias :
Monsieur,je suis heureuse de lire que les personnes handicapées en ESAT ne sont employés que pour accroître une productivité afin d'équilibrer les finances.Le soutien social, médical psychologique et éducatif passe après, j'aimerai que d'autres directeurs d'établissement est le courage de dénoncer ces pratiques.On se gargarise et on s'offusque contre l'exploitation des enfants dans le travail, et nous en france on fait quoi?

Le 16-11-2011 par denidemoun :
Je pense que les handicapés mentaux qui travaillent en ESAT sont des exemples pour la société toute entière. Je m'explique ils préfèrent travailler et apporter leur travail à la société au lieu d'être assistés. A méditer.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches