Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Autisme: interdire l'accompagnement psychanalytique ?

Résumé : Le député UMP Daniel Fasquelle va déposer vendredi sur le bureau de l'Assemblée une proposition de loi visant à interdire l'accompagnement psychanalytique des personnes autistes au profit de méthodes éducatives et comportementales, a-t-il indiqu

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 20 jan 2012 (AFP) -
"Pour aider ces personnes à s'en sortir, la France ne peut plus continuer à cautionner et financer les pratiques de type psychanalytique dans le traitement de l'autisme", affirme le député, qui cite le chiffre d'un enfant sur 100 en France affecté par des "troubles du spectre autistique".

On estime quil y a en France plus de 400.000 personnes atteintes de syndrome autistique au sens large, selon la Haute autorité de santé (HAS).

L'autisme a été désigné "grande cause nationale" 2012.
"Je m'indigne en constatant qu'en France ce sont les pratiques psychanalytiques généralisées dans nos établissements hospitaliers et médico-sociaux qui sont financées par l'Assurance Maladie", explique le député du Pas-de-Calais dans l'exposé des motifs de sa proposition de loi.
M. Fasquelle ajoute que "l'approche psychanalytique a été abandonnée depuis au moins 20 ans dans la plupart des pays occidentaux au profit de méthodes éducatives et comportementales".

La psychanalyse "ne figure dans aucune recommandation nationale ou internationale en matière d'autisme", écrit le député, alors que l'apport de "certaines techniques de rééducation spécifiques (outils de communication, méthodes éducatives, méthodes comportementales) a été démontré dans plusieurs études".
Selon le député, une étude est en cours au Conseil économique social et environnemental sur "le coût économique et social de l'autisme en France" et qui "devrait permettre de pointer le coût induit par la mauvaise prise en charge et démontrer la nécessité d'un accompagnement éducatif et comportemental, le plus précocement possible".

La France manque toujours de places d'accueil pour les personnes atteintes de troubles autistiques, surtout pour les adultes, selon un bilan du plan autisme 2008-2010 publié la semaine dernière par Valérie Létard, sénatrice et ancienne secrétaire d'Etat à la Solidarité.
dec/vdr/sla/dar

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 22-01-2012 par cathefamily :
Enfin ! enfin ! qq'un a compris ! nous financons de notre propre poche 12 h hebdo d'ABA pour notre fils (soit 620 € /mois sans compter le transport, sans compter le temps partiel de droit ...). Si l'on avait choisi la filiale préconisée par les médecins mon fils "couterait" (CATTP, IME) plus de 3 000 € à la société (mais 0 € pour nous parents), pour un résultat NUL (il y a été 2 ans c'est pas faute d'avoir essayé !). Merci M. le député et je croise les doigts que votre intervention mène à qque chose !!

Le 24-01-2012 par Enio :
http://sw1ngc.wordpress.com/2011/09/20/exclusivite-liste-des-politiques-corrompus-par-les-lobbys-pharmaceutiques/

Ceci est un fait :
Daniel FASQUELLE député Pas-de-Calais et UMP, figure clairement sur la liste des élus financés par les lobbys pharmaceutiques.
Ce fait n'est pas anodin.

Que la position de Monsieur Fasquelle soit aussi celle de parents et de professionnels concernés par l'autisme, c'est un fait.

Il vaudrait mieux que ces faits n'excluent pas la préoccupation de penser le lien entre :
- le fait de la proposition de loi visant à interdire etc.
- et le fait de la collusion d'intérêt de son auteur avec les affaires financières bio-médico-pharmaceutiques.

Le 24-01-2012 par Enio :
Suite...
Lorsqu'on est pris dans la tourmente de l'autisme, si la difficulté de voir la portée de ce lien est compréhensible, il n'en demeure pas moins qu'il est également compréhensible que citoyens et Institutions se préoccupent de raison gardée, pour ce qui est de légiférer.
Une loi concerne une société dans son ensemble, et n'est pas isolée de l'ensemble législatif.

Le 24-01-2012 par Enio :
Heureusement que ce qui serait une interdiction de la psychanalyse n'est pas intriquée avec l'obligation de recourir à tel ou tel boîte à outils.
Parce qu'un jour, alors, des parents se verraient assignés au Tribunal, sous le chef d'accusation de mal traitance de leur enfant, pour avoir, d'une part, parlé à un psychanalyste, et d'autre part, pour n'avoir pas suivi les préconisations des méthodes qui seraient à ce moment-là la norme en vigueur.

Pour ce qui est de l'opposition à ce projet de loi, il ne faudrait pas confondre, soutient/défense de la psychanalyse (quoi qu'on en pense), et qu'est-ce que cela signifie de commettre une telle législation. En ce sens, l'Unapei fait oeuvre de salut publique, à mon sens, elle assume une position honorable, pour ce qui est de l'ensemble de notre société, et y compris "pour ce qui est de l'autisme".

Le 24-01-2012 par Enio :
Suite encore...
Il est dommage, et frappant, et compréhensible aussi, dans le contexte sociétal et historique qui est le nôtre, que des parents éprouvent un sentiment de trahison, cependant, il est toujours possible de concevoir qu'un peu de recul sur les tenants et les aboutissants d'une position et d'un projet de loi, apporte une meilleur compréhension de ce qui se passe.

Le 13-02-2012 par mdcinman :
Les psychanalystes sont les plus gros pourvoyeurs de l'industrie pharmaceutique en menant leurs clients et la société dans une impasse thérapeutique.Alors que toutes démarches comportementalistes tourne le dos à la pharmacie.Il ne peut donc y avoir de collusion d'intérêt chez ce courageux député.Cependant, je ne suis pas pour une interdiction du charlatanisme parce que c'est malgré tout une liberté de penser et de croyance.

Le 18-02-2012 par Pierreb :
Voici le lien d'une pétition pour une approche clinique et éthique de l'autisme à partir de la psychanalyse : http://www.lacanquotidien.fr/blog/petition/

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches