Autisme et soins: la psychanalyse mise sur la touche

Résumé : Les approches psychanalytiques dans la prise en charge de l'autisme ont été, pour la première fois, mises sur la touche par la Haute autorité de santé (HAS), dans un rapport publié sur une question qui déchaîne les passions.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

"Les psychiatres sont des médecins comme les autres, ils doivent se soumettre aux règles d'évaluation", a déclaré le Pr Jean-Luc Harousseau, président de la HAS, en présentant à la presse un rapport, très attendu, sur la prise en charge de l'autisme de l'enfant et de l'adolescent.

"Les psychiatres doivent se remettre en question", a-t-il répété, notant que, "plus de 30 ans après leur introduction", les approches psychanalytiques n'ont pas fait la preuve de leur efficacité, ni de leur pertinence dans ce domaine.

Un avis soutenu par la pétition-manifeste (bit.ly/xBmYKk) d'un groupe de psychiatres et chercheurs en faveur d'une pratique "fondée sur l'état des connaissances scientifiques".

Le rapport de l'HAS et de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) ne condamne pas ouvertement les approches psychanalytiques, se bornant à les qualifier de "non consensuelles". Mais, elles sont écartées des recommandations.
Pour réagir à cette "croisade" anti-psychanalyse, une vidéo et un texte du psychanalyste Jacques-Alain Miller ont été mis en ligne sur le site de la revue La Règle du jeu.

La HAS rappelle aussi qu'il n'y a pas de lien entre autisme/TED (troubles envahissants du développement) et le vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole).

Un enfant de moins de 20 ans sur 150 souffre de TED.


"Les caractéristiques psychologiques des parents ne sont pas un facteur de risque de survenue des TED", précise également la HAS, mettant ainsi du baume au coeur des parents qui ne veulent plus entendre des discours culpabilisants n'aidant en rien leurs enfants handicapés.

La HAS et l'Anesm condamnent par ailleurs la technique controversée du "packing" (enveloppement dans des draps humides et froids) utilisée en dehors de tout protocole de recherche.

Le document préconise "un projet personnalisé d'interventions pour chaque enfant" et coordonné, avec notamment un "dépistage précoce" avant 4 ans pour préserver ses chances d'amélioration et un suivi régulier avec évaluation des résultats. Les approches éducatives et comportementales, qui ont fait la preuve de leur efficacité, font désormais partie des recommandations.

"Ce rapport marque une étape" dans la prise en charge de l'autisme, a estimé M. Harousseau, pour qui "rien ne sera plus comme avant".
"Un tiers seulement des personnes autistes et leurs familles reçoivent l'aide personnalisée qui leur est nécessaire", a dénoncé le Pr Philippe Evrard, neuropédiatre, du Comité de pilotage de ces recommandations.
"La solidarité française est gravement déficiente", a-t-il dit, en parlant de "scandale". "Si cette situation perdure, la responsabilité de l'Etat et des Agences sanitaires pourrait être mise en cause", a averti ce médecin, également expert judiciaire.

Le Collectif autisme, affirmant représenter la grande majorité des familles d'autistes en France, se réjouit que seules soient recommandées les approches éducatives dont l'efficacité est prouvée. Vaincre l'autime, salue ce rapport, "respectueux des droits et des personnes atteintes, mais "regrette" qu'il "ne puisse mettre définitivement fin au pouvoir de la psychanalyse sur l'autisme".

"C'est un premier pas", considère le député UMP Daniel Fasquelle, qui veut bannir définitivement la psychanalyse des soins aux autistes. Il juge "urgent" de réorienter la formation des professionnels "totalement inadaptée, de même que la recherche universitaire".
BC/fa/bw

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-03-2012 par Maryse :
C'est un rapport qui va enfin engager vers des voies qui permettront de soutenir les familles qui ont mis en place des stratégies rééducatives importantes autour de leurs enfants. Nous espérons les mêmes pogrès dans l'accompagnement des enfants atteints de beaucoup d'autres maladies neurologiques(même n'ayant aucun rapport avec des approches psychanalytiques)

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches