Handicap: Faire valoir vos droits : un exemple dans le 44 !

Résumé : Nom de code " C3A " ! Cette cellule d'aide d'assistance et d'accompagnement implantée dans le 44 par l'ADAPEI vient en aide aux usagers handicapés qui doivent faire valoir leurs droits auprès des organismes tels que la CAF ou la MDPH. Un

Par , le 

Réagissez à cet article !

La C3A, vous connaissez ? C'est, au choix, un installateur de pylônes électriques, une association pour une pratique sportive et conviviale, un atelier de reluire du 78 ou le Club ajaccien des amateurs d'astronomie. Bref, une abréviation amplement usitée ! Mais c'est surtout une cellule créée en 2010 par l'ADAPEI 44 (Association des amis et parents de personnes handicapées mentales de Loire-Atlantique).

Commission ou tribunal ?


Tout part d'un constat. L'association siège au sein de la CDAPH (Commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) depuis 2006, et a été interpelée par deux cas qui suscitent sa réaction. « Nous avons découvert qu'il existait de nombreux besoins non exprimés ou minorés, explique Christian Gatard, administrateur de l'ADAPEI 44. Et en discutant avec les familles nous nous sommes rendu compte que, dans le cadre des demandes, par exemple de la PCH (Prestation de compensation du handicap), certaines n'obtenaient pas grand-chose car elles n'arrivaient pas à faire valoir leurs droits. Nombre d'entre elles nous ont confié qu'elles étaient très impressionnées à l'idée de s'exprimer devant la commission, perçue bien souvent comme un véritable tribunal ! » C'est une évidence : les personnes en situation de handicap mental ne sont pas en mesure de défendre leurs droits tandis que les familles ont bien du mal à garder le cap dans les méandres, parfois tentaculaires, des dispositifs et autres textes de loi. Il leur faut de l'aide pour réaliser leurs formalités, aussi bien auprès de la MDPH que d'autres instances (CAF (Caisse d'allocation familiale), TCI (Tribunal du contentieux de l'incapacité)...).

Une aide gratuite


Il n'en faut pas davantage à l'ADAPEI 44 pour mettre en branle son offensive ! C'est ainsi que la cellule nom de code C3A voit le jour ! Animée par des bénévoles, elle agit en coordination avec l'association, et peut notamment s'appuyer sur un pôle offensif composé de six assistantes sociales ! Elle nourrit trois ambitions majeures : une mission de conseil (informer les familles sur leurs droits), d'assistance (représenter les personnes qui le souhaitent lors du passage en commission) et d'aide au projet de vie (notamment en réalisant l'évaluation des besoins). Cet accompagnement est entièrement gratuit, les frais de déplacement des équipes étant même pris en charge par la cellule.

Recherche bénévoles !


Aux manettes, un pilote qui coordonne les demandes. Ainsi que deux personnes ressources qui apportent leur expertises sur les aides, les dispositifs, les procédures et sont en mesure de préparer les dossiers et, enfin, une équipe d'assistance de quatre ou cinq conseillers. Une team de poids qu'il faut malgré tout faire motiver et faire vivre ! Car Christian Gatard regrette qu'il soit si difficile de trouver des bénévoles avec une connaissance approfondie du handicap. Pour renforcer les compétences de ses forces vives, la C3A a mis en place une formation pratique qui mise sur la connaissance des droits et dispositifs mais promeut également la recherche de personnes ressources et valorise la communication avec tous les acteurs du pôle social. Une insertion dans le clan adverse qui permet de doser l'argumentation et d'estimer les limites à ne pas dépasser !

Un avocat de la défense ?


La C3A n'intervient qu'à la demande de l'usager ou de sa famille. La première étape consiste à établir un bilan de l'ensemble des démarches engagées auparavant. Dans un second temps, une enquête approfondie permet de consolider le dossier. Un vrai travail d'avocat de la défense ! Christian constate d'ailleurs que, de plus en plus fréquemment, des usagers se font assister par des avocats afin de mettre toutes les chances de leur côté pour obtenir gain de cause. « Nous menons vraiment un travail minutieux et approfondi, quitte à aller puiser dans le détail, jusqu'à révéler les non-dits. Les familles rechignent souvent à s'exprimer, par pudeur ! » Cette approche globale de la personne handicapée va bien au-delà d'une revendication financière ou d'une bataille juridique. Glisser un peu d'humanité dans le débat... « J'ai eu trop souvent l'occasion de voir des dossiers qui se limitaient à ces deux aspects alors que le rôle des associations est justement d'insister sur les difficultés quotidiennes, de valoriser les besoins de façon cohérente. » Efficacité, concision, professionnalisme... Car, lors des commissions, pas le temps de se perdre dans les détails !

Un exemple à suivre...


Ce dispositif novateur n'est pour le moment implanté qu'en Loire-Atlantique. A l'origine mise en place pour venir en aide aux personnes en situation de handicap mental, la C3A semble pourtant être victime de son succès, et son expertise a permis de tirer d'affaire d'autres usagers, quel que soit leur handicap. De la même façon, elle s'adresse prioritairement aux résidents de Loire-Atlantique. Mais le bouche à oreille faisant son œuvre, le portable de Christian Gatard répond désormais à des appels en provenance de toute la France. Car le pilote dont on vous parlait, c'est lui ! Pilote d'un ballon d'oxygène qui, avec le temps, pourrait devenir supersonique... Et, il faut l'espérer, inspirer d'autres envols !

Infos:

Tél. C3A : 06 74 37 12 39
Mail : c3aadapei44@laposte.net

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr