PASSMO : les travailleurs d'ESAT en panne de tremplin

Résumé : Mis en place pour permettre l'embauche des travailleurs handicapés dans le milieu ordinaire, le dispositif PASSMO a été abandonné fin 2011 après seulement deux ans d'existence. L'APAJH milite auprès du gouvernement pour lui donner une seconde chance

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PASSMO pourrait-il renaître de ses cendres ? Ce dispositif d'aide au passage des travailleurs handicapés employés en ESAT vers le milieu ordinaire a été créé en mai 2009 à l'initiative de trois associations, dont l'APAJH. Avaient-ils besoin de ce coup de pouce pour franchir ce pas ? Certes ! Car aujourd'hui le taux de sortie d'ESAT vers le milieu ordinaire reste excessivement faible : 0,22% ! Pas de lien, pas de passerelles... Cette situation s'explique par l'absence d'adéquation entre les besoins des personnes en situation de handicap et les exigences de l'entreprise. Pourtant, PASSMO osait y croire...

Priorité à la formation


Les ESAT permettent aux travailleurs en situation de handicap d'avoir une activité professionnelle dans un contexte adapté, en proposant un suivi médico-social et éducatif qui encourage leur évolution (formation tout au long de la vie, reconnaissance des compétences, validation des acquis de l'expérience...). Parce que leur droit à la formation a été affirmé par la loi du 11 février 2005 en permettant aux ESAT de cotiser à un OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) au titre de la formation professionnelle, ils peuvent acquérir une expertise qui leur permet de viser des emplois plus qualifiés. Rassurés sur leurs compétences, formés, mis en sécurité, certains travailleurs manifestent alors le désir de tenter leur chance dans le milieu ordinaire. L'ESAT remplit ainsi sa vocation première : servir de tremplin ! Quitte à envisager un retour, le cas échéant... Or ce passage ne s'improvise pas ; sa réussite suppose du temps et un accompagnement adapté.

A peine deux ans d'existence


Grâce à PASSMO, les signataires de ces contrats ont pu, au sein de leur nouvelle entreprise, bénéficier des conseils personnalisés de l'équipe de l'ESAT ou d'un tuteur. Mais, le 31 décembre 2011, coup de semonce ! PASSMO est abandonné. A peine deux ans d'existence ! « J'étais très en colère, explique Jean-Louis Garcia, président de l'APAJH. C'est pourtant un principe gagnant-gagnant pour les trois parties : l'Etat, les personnes en situation de handicap et les entreprises ordinaires puisqu'elles sont accompagnées pendant trois ans. Je ne comprends pas que le gouvernement précédent ait décidé de mettre fin à ce dispositif alors qu'il était en train de connaître un bel essor ». En effet, 188 travailleurs dans quatre régions (Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Ile de France et Bretagne) ont trouvé un emploi grâce à PASSMO. 80% des contrats signés étaient des CDI.

Question de moyens ? Pas vraiment ! Un contrat PASSMO revient à 2 100 € par an. Le coût moyen d'une place d'ESAT est de 11 900 €. Pour la valeur d'une place, on peut donc réaliser 5 contrats PASSMO, et, dans le même temps, libérer 5 places d'ESAT. Compte-tenu du besoin en places (+ de 11 700), ce système s'avère donc en tous points bénéfique.

Un président optimiste


L'APAJH revendique donc la poursuite et la pérennisation du dispositif PASSMO puis son extension à l'ensemble du territoire. Par ailleurs, l'association exige de l'Etat la garantie de l'accessibilité des parcours de formation dans tous les domaines : information, orientation, accès aux lieux, adaptation des supports pédagogiques et des rythmes de travail, validation des acquis... Enfin, elle milite pour la réintégration des aides de l'Agefiph, supprimées dans le Programme 2012, qui contribuaient pourtant à aider les insertions en milieu ordinaire (prime à l'insertion versée aux entreprises qui embauchent et aux salariés en situation de handicap embauchés, prime forfaitaire versée à l'ESAT qui réalise une insertion en milieu ordinaire). Jean-Louis Garcia, à la faveur des rencontres avec les membres du nouveau gouvernement se veut « modérément optimiste ». « Je crois que nous avons été entendus et que PASSMO pourrait bientôt redémarrer. »

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-07-2012 par jojolafrite :
Très bon pour nous les handicapés, parce que je suis handicapé d'une hémiplégie gauche et en fauteuil roulant.

Le 26-11-2014 par baland :
mère d'un jeune adulte handicapé, je ne peux que soutenir votre action pour que revive PASSMO qui leur permettait ce passage en milieu ordinaire tout en les protégeant

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr