Epopée Gibaud : du ruban au JO, drôle d'histoire...

Résumé : Quel est le point commun entre un ruban de flanelle et un athlète olympique ? Réponse dans la formidable histoire de la marque Gibaud. Plus d'un siècle d'innovations au service de l'orthopédie...

Par , le 

Réagissez à cet article !

Les chevillières Gibaud ? Tous ceux qui ont eu la malchance de se faire une entorse connaissent. Une entreprise française, implantée dans plus de 50 pays. Un vrai savoir-faire et une technologie de pointe dans les domaines complexes de l'orthopédie, la traumatologie, la rhumatologie et la phlébologie. Libérer le mouvement, telle est sa mission !

Un remède pour soldats


Ce que l'on sait moins, c'est que cette aventure commence au milieu du 19ème siècle, à Saint-Etienne. On ne parle pas encore d'orthèse mais de ruban ! Cette ville de la Loire est en effet réputée dans toute l'Europe pour sa passementerie. En 1890, les frères Pichon, issus de cette longue tradition, décident de se spécialiser dans la bande de flanelle que les soldats s'enroulent autour des reins pour soutenir leur dos et maintenir la chaleur. Un système d'une grande efficacité, certes, mais pas très pratique pour qui n'a pas le tour de main. Nombres d'entre eux se retrouvent avec la respiration coupée ou la ceinture sur les chevilles !

Des reins bien au chaud


En 1935, c'est le grand tournant. La « légende » prétend que, lors d'une partie de pêche, un docteur nommé Gibaud suggère à son ami Maurice Pichon de concevoir une ceinture tubulaire pour remplacer le ruban de flanelle. « La ceinture reins au chaud du Dr Gibaud » vient de naître ! Elle s'affiche dans le métro, sur les camions de livraison et, plus tard, à la télévision. L'entreprise, devenue Gibaud, décide de ne pas se contenter de ce succès et devient, au fil des décennies, un acteur majeur des dispositifs médicaux dans deux grands domaines : en orthopédie (gammes de ceintures, d'orthèses de poignets, chevilles, genouillères) et en contention élastique (assurant la prise en charge de l'insuffisance veineuse, avec des collants et chaussettes de compression). Son avenir est assuré...

Sur les cours de tennis


Gibaud est aujourd'hui devenue une entreprise médicale qui s'appuie sur une équipe scientifique composée de médecins, pharmaciens, orthopédistes et ergothérapeutes. 370 employés en France, sur deux sites, celui historique de Saint-Etienne et dans l'Ain, produisent des dispositifs hautement techniques. Elle continue d'innover grâce des orthèses adaptées à des pathologies spécifiques dans les domaines de la phlébologie, la rhumatologie, la traumatologie et la médecine d'urgence, utilisées aussi bien en milieu hospitalier, en médecine de ville, qu'en automédication. L'un de ses grands succès : une orthèse contre le « tennis elbow » (tendinites à répétition du coude). Le joueur Arnaud Clément, qui ne quitte plus son « elbowgib », a pu ainsi surpasser ses douleurs sur les terrains internationaux.

L'homme augmenté venu d'Islande


En 2006, Gibaud s'associe à un autre pionnier, l'Islandais Össur. En 1971, sur son île lointaine, Össur Kristinsson, prothésiste, fonde sa société qui, en quelques décennies, est devenue l'un des leaders mondiaux sur le marché orthopédique. Il met au point des prothèses surprenantes qui alimentent tous les fantasmes sur l'homme bionique. Il se focalise tout d'abord sur l'un des problèmes majeurs des prothèses : l'interface qui permet de les emboîter sur le moignon. Et ne tarde pas à découvrir les propriétés idéales du silicone, qui va aider des milliers d'amputés à travers le monde à fixer leurs prothèses de manière autrement plus efficace et confortable. Mais, en 1997, c'est une toute autre innovation qui va consolider sa renommée : le « cheetah flex foot ». Une lame de carbone qui propulse l'athlète Oscar Pistorius vers le firmament olympique...

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr