Handicap:Gérard Masson se penche sur le cas Pistorius

Résumé : Le bel Oscar Pistorius, athlète sud-africain amputé des 2 jambes, fait couler beaucoup d'encre. Beau gosse et monté sur lames, il déclenche à la fois passion et polémique. Quant à Gérard Masson, président de la fédé handisport, il a choisi l'ad

Par , le 

Réagissez à cet article !

Handicap.fr : Avez-vous suivi les épreuves d'Oscar Pistorius, ce Sud-Africain amputé des deux jambes qui courraient lors des JO de Londres avec les valides sur le 400 m et relais 4x400 ?
Gérard Masson
: Non je n'ai pas eu le temps, même si Oscar est un ami. C'est un type vraiment chouette, simple et modeste, qui fait un super boulot en Afrique pour convaincre que porter des prothèses n'est pas une tare. Sa médiatisation est très positive pour le handisport. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de journalistes qui nous ont appelés à son sujet...

H.fr
: Il a réalisé un exploit incroyable ?
GM
: Evidemment. Oscar est une « bête » exceptionnelle ! Mais je tiens quand même à préciser que ce n'est pas le premier athlète handicapé à concourir avec les valides. Une nageuse anglaise de water-polo amputée d'une jambe, un français hémiplégique qui décroche l'or en escrime à Moscou, une amputée fémorale qui s'engage dans le triathlon à Pékin... De telles performances existent depuis longtemps.

H.fr :
Alors comment expliquer cette ruée sur le cas Pistorius ?
GM
: Peut-être parce qu'il est beau gosse, qu'il a fait la campagne d'un parfum pour Thierry Mugler. Mais surtout parce que ses prothèses font polémique. On s'interroge notamment sur la longueur de ses lames. Jusqu'à 400 m, ça va, mais, au-delà, lorsqu'il est bien lancé dans la course, elles lui procurent un avantage indéniable. C'est pourquoi il est limité à cette distance. Pour l'instant, il ne met pas en péril les performances des valides, mais le jour où il fera un podium, pas mal de gens risquent de voir cela d'un autre oeil...

H.fr
: Vous semble-t-il normal qu'il participe également aux Jeux paralympiques ?
GM
: Je n'y vois rien d'incohérent. Si le tribunal du sport a donné son accord, moi ça ne me gêne pas !

H.fr
: Au point que certains valides se demandent s'ils ne vont pas se faire amputer...
GM : Bon, c'est un peu tiré par les cheveux mais pas complètement faux. Certaines personnes qui marchent avec des cannes ou avec des plaies aux pieds qui n'arrivent pas à cicatriser font le choix de se faire amputer. Lorsque la guérison n'est pas possible, cela devient parfois la meilleure solution. C'est d'ailleurs grâce au sport que les prothèses ont réellement évolué et permettent aujourd'hui de marcher avec davantage de confort, de partir en randonnée... L'amputation ne doit plus, aujourd'hui, être considérée comme un échec.

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches