" Militant de la lutte contre l'exclusion ! "

Résumé : Un tout nouveau directeur pour le FIPHFP. Jean-Charles Watiez a fait ses armes dans le privé, dans le public. Il connait le terrain, l'emploi, la finance, et s'engage à faire de la fonction publique un employeur exemplaire...

Par , le 

Réagissez à cet article !

Handicap.fr : A 48 ans, vous venez tout juste d'être nommé directeur du Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP)...
Jean-Charles Watiez : Oui, en effet. J'ai d'ailleurs été heureux d'être invité à m'exprimer pour la première fois lors de la soirée « entreprises » organisée par l'APF le mardi 13 novembre, dans le cadre de la 16ème Semaine pour l'emploi des personnes handicapées.

H.fr : Rappelons que le FIPHFP existe depuis juin 2006. Il a pour mission de faire respecter le quota d'emploi de 6 % de travailleurs handicapés dans les trois fonctions publiques mais également de faciliter les aménagements de postes, la formation, l'apprentissage, l'accessibilité...

H.fr : Quel est votre parcours professionnel ?
JCW : Diplômé de l'Ecole supérieure de commerce de Paris, j'ai débuté ma carrière en 1989 au sein du groupe Michelin dont plusieurs années à diriger la filiale de Taïwan. Dix ans plus tard, j'ai rejoint la Chambre de commerce et d'industrie de Saône-et-Loire pour prendre la direction de l'enseignement supérieur, de l'apprentissage et de la formation professionnelle continue. Je suis, à ce titre, très attaché à l'implication du FIPHFP dans le développement du recrutement d'apprentis handicapés dans les fonctions publiques. L'apprentissage présente cette double vertu de proposer à la fois une formation (et les personnes handicapées en manquent souvent !) et une expérience professionnelle. Pour poursuivre sur mon parcours, à ma sortie de l'ENA, en 2005, j'ai choisi le Ministère des finances, avant de rejoindre la Caisse des dépôts où j'ai eu le privilège d'être nommé Directeur régional en Limousin puis directeur de cabinet du Directeur général du groupe CDC. Je fais également partie du conseil d'administration du mouvement ATD Quart Monde depuis 2006.

H.fr : Ce qui signifie que vous avez une sensibilité particulière à l'égard des plus démunis, dont font malheureusement souvent partie les personnes handicapées ?
JCW : Oui, je suis un militant de la lutte contre l'exclusion, et suis donc particulièrement honoré de prendre la direction du FIPHFP. Avec le soutien de la Caisse des dépôts, très investie depuis deux siècles dans l'intérêt général, j'ai bien l'ambition que le Fonds poursuive son investissement au service de l'intégration des personnes handicapées dans notre société par le biais du travail. Le FIPHFP est un financeur, il doit également exercer un rôle de facilitateur, d'apporteur de solutions au service d'une cause particulièrement noble à mon sens.

H.fr : Quelle impulsion, quelle « identité » comptez-vous donner à votre mandat ?
JCW : Je m'engage à ce que toutes les collectivités puissent bénéficier de l'appui technique et financier dont elles ont besoin pour arriver à cet objectif. Le principe d'équité au niveau national est essentiel. Nous devons donner la même chance à chacun. J'ai le privilège de confirmer que la fonction publique est totalement mobilisée. Elle se doit d'être exemplaire. J'ai la conviction que les moyens mis en œuvre permettront de faire avancer les choses, et je m'engage à de vrais changements de posture et de culture en matière d'emploi des personnes handicapées dans la fonction publique.

H.fr : Quelle est aujourd'hui la situation ?
JCW : Plus de 70 % des fonctions publiques sont couvertes par un financement du FIPHFP. A ce titre, je souhaite saluer le travail engagé au cours des six dernières années par Didier Fontana, président du FIPHFP, et Jean-François de Caffarelli, mon prédécesseur. Au 1er janvier 2005, le taux d'emploi dans les trois fonctions publiques était de 3,74%. Il est aujourd'hui de 4,22 %. Et, malgré la conjoncture économique, ce taux continue à augmenter. 190 000 personnes handicapées sont aujourd'hui en emploi dans la fonction publique. 30 000 ont été recrutées en 2009 ; c'est deux fois plus qu'en 2005.

H.fr : Quelles sont les actions à mettre en œuvre pour soutenir le secteur adapté et protégé ?
JCW : Le recours au ESAT et EA nous est également cher, et le FIPHFP continue à s'engager dans ce sens. Cela représente 130 millions d'euros d'achats par an par les employeurs publics, sur tout le territoire ! Nous finalisons, par ailleurs, un guide de l'achat responsable qui sera bientôt diffusé grâce à notre partenariat avec Handeco (passerelle entre les personnes handicapées, les entreprises, les administrations, les collectivités et les 2 000 ESAT et EA de France, qui se définit comme un centre national de coopération, de conseils et de services.)

H.fr : En 2013, quel sera votre chantier prioritaire ?
JCW : Au-delà de nos interventions habituelles qui vont continuer à croître, je souhaite renforcer la qualité de service rendu par le FIPHFP. L'autre objectif prioritaire est d'intervenir davantage dans l'accessibilité numérique qui est un enjeu majeur de l'intégration des personnes handicapées dans l'emploi public. J'ai d'ailleurs initié, dès mon arrivée, des échanges avec le Service d'information du gouvernement sur ce sujet. Je souhaite que 2013 soit une année où nous engagions de nombreux projets.

www.fiphfp.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr