L'homosexualité, meilleur vecteur d'intégration que le handicap

Résumé : Est ce un constat de l'échec des politiques d'intégration des personnes handicapées en France, réclamées depuis près de 70 ans par les associations ?

Par , le 

Depuis quelques mois ont entend parler des tendances et du pouvoir d'achat des homosexuels. Dans les médias, des titres tels que «Les homosexuels peuvent rapporter gros» et «Une ville entière qui se met à l'heure homo», des rayons spéciaux dans les grands magasins, des agences de voyages spécialisées. Les homosexuels sont devenus un vrai centre d'intérêt.

Médiatique comme économique. La fnac et Virgin ont aménagé des rayons « homosexualité ». Les banques ajustent leurs produits financiers aux pacsés. Même les assureurs s'affranchissent des tabous et lorgnent eux aussi sur le pouvoir d'achat des couples homo, certains de ne plus heurter leur clientèle traditionnelle en proclamant, comme la Maif, dans une publicité clin d'œil, qu'ici on « assure aussi les couples hétérosexuels » ! Et ça marche. L'arc-en-ciel, couleurs du drapeau des homosexuels, se hisse aujourd'hui partout en France dans le paysage commercial. La ville du Mans, à des kilomètres de l'avant-garde parisienne, s'est lancée dans une démonstration inédite de «tolérance» et d'«ouverture» en apposant aux portes vitrées des magasins un macaron de bienvenue aux homosexuels. Les commerçants de la ville ont signé la Charte d'accueil «lesbienne and gay friendly». «Cela va dans le bon sens pour faire reculer les discriminations, mais il y a dans cette charte une démarche commerciale.» déclare Dominique Boren, président du Centre gay et lesbien (CGL) à Paris. Tout en estimant que «Paris n'a pas besoin de charte». Mais «En revanche, la Ville devrait enfin se soucier de l'accueil des touristes gay. Et commencer par mettre à disposition à l'office du tourisme des brochures en plusieurs langues donnant les adresses de bars et restaurants homo.» Quant à Jean-Luc Romero, conseiller régional (UMP) d'Ile-de-France, il dénonce lui aussi «le retard» de Paris en la matière. De même, le conseiller du maire de Paris sur les questions homosexuelles, Philippe Lasnier, estime qu'« avec 26 millions de visiteurs par an, la capitale doit pouvoir les accueillir mieux. Nous y travaillons avec les associations et les professionnels du tourisme». En poussant l'office de tourisme de Paris, indifférent jusqu'ici, à soigner davantage cette population volontiers fêtarde, pour devenir à son tour « gay friendly ».

[BI]Cet article issu de la presse grand public (source inconnue), nous amène à faire le constat de l'échec des politiques d'intégration des personnes handicapées en France, réclamées depuis près de 70 ans par les associations. Pour qu'une minorité trouve sa place dans la société, il faut simplement qu'elle soit à la mode et si possible à l'avant-garde de la mode dans un domaine ou un autre, qu'elle dépense beaucoup d'argent et que certaines célébrités, du show-biz, du sport, comme de la politique en fasse partie.
Le reste c'est surtout pour brasser de l'air (NDLR). [EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr