GB-santé-divers-cerveaux

Résumé : Des milliers de cerveaux humains prélevés illégalement pour la recherche médicale (presse)

Par , le 

LONDRES, 10 mai (AFP) - Des milliers de cerveaux de malades mentaux ou de personnes handicapées décédés ont été prélevés et conservés illégalement ces trente dernières années en Grande-Bretagne pour la recherche médicale, selon
une enquête du gouvernement britannique dont les résultats seront révélés lundi, affirme samedi le quotidien The Times.
Ces cerveaux ont été fournis par des médecins à des chercheurs entre 1970 et 1999 sans le consentement des familles, précise The Times.
Selon le quotidien, 24.000 cerveaux, soit la moitié des organes prélevés et conservés pour la recherche médicale, sont encore stockés dans des hôpitaux britanniques et des universités.
La loi britannique sur le traitement des tissus humains (Human Tissue Act) stipule qu'aucun pathologiste n'a le droit de procéder à une autopsie pour prélever des organes, si ce n'est pour déterminer la cause de la mort d'une personne, sauf s'il a le consentement des parents.
Aucune sanction n'est cependant prévue par la loi pour les médecins qui ne respectent pas la législation.
Après un premier rapport sur des pratiques de prélèvements non autorisés à l'hôpital Alder Hey en 2001, le ministre de la santé britannique Alan Milburn avait promis que la loi serait changée, mais elle est finalement restée en l'état.
En février dernier, les responsables de cet hôpital avaient présenté leurs excuses pour leur rôle dans ce scandale portant sur les organes de centaines d'enfants morts prélevés sans la permission de leurs parents.
ag/mpd

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr