Les prothèses ne datent pas d'hier

Résumé : La revue Info Sciences a récemment annoncé la découverte en Egypte d'un pied artificiel datant de 2300 avant Jésus-Christ et d'une main articulée vieille de quelques 2000 ans. Comme quoi, l'homme a, de tout temps essayé de pallier à ses handicaps.

Par , le 

Ainsi, le philosophe grec Hérodote raconte qu'Agésistrate, pris au piège se serait coupé le pied et l'aurait remplacé par une prothèse de sa fabrication. Au XVè siècle, le célèbre Léonard de Vinci dessinait un œil artificiel pendant que des horlogers suisses fabriquaient des mains articulées en fer forgé. En 1504, Goetz, le chevalier, ce héros du poète allemand Goethe, a la main arrachée par un boulet lors du siège de Landshut. Il la remplace par une prothèse à quatre doigts. Soixante-dix ans plus tard, un horloger suisse (encore !) du nom de Charles Cusin créé un bras artificiel à la main articulée par ressort. Vient le XVIIè siècle et la généralisation des armes à feu et autres canons. Sur les champs de bataille, Ambroise Paré, chirurgien sous quatre rois, ampute à tour de bras et travaille sur les prothèses fonctionnelles. Cependant ce n'est qu'au XXè siècle que le chirurgie se préoccupe de remplacer les articulations. Se rappelle-t-on en notre an 2001 que les fractures du col du fémur étaient souvent mortelles pour les personnes âgées et ce, jusqu'en 1946., date de l'invention de la prothèse de hanche par Robert et Jean Judet, deux chirurgiens orthopédistes français. Plus tard, l'anglais Charnley perfectionna le système. Depuis, les nouveaux matériaux (céramique, titane…) et la pose assistée par robot ont amélioré le fonctionnement et la qualité du fonctionnement des prothèses et l'ont voit les amputés courir ou nager aux Jeux Olympiques et même gravie des sommets.

S.M. (d'après Le Monde)

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr