Japon : indemniser les victimes de stérilisation forcée ?

Résumé : Des députés japonais se sont engagés le 6 mars 2018 à étudier la mise en place de mesures de compensation pour des milliers de personnes, handicapées ou malades, qui ont été stérilisées en vertu d'une loi eugéniste désormais supprimée.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Au Japon, environ 16 500 personnes et enfants ont été stérilisés en application d'une ancienne loi restée en vigueur jusqu'en 1996, selon des chiffres du ministère de la Santé. Cette pratique "a pu être acceptée dans le contexte de l'immédiat après-guerre" mais elle n'est plus tolérable aujourd'hui, a déclaré Takeo Kawamura, élu du parti au pouvoir, le Parti libéral-démocrate (PLD), lors d'une conférence de presse. Il a dit souhaiter mener "des investigations approfondies sur ce problème" dans le cadre d'une enquête parlementaire transpartisane. Une vingtaine de députés japonais se sont engagés le 6 mars 2018 à étudier la mise en place de mesures de compensation.

Pas de mesures générales ?

Cette page oubliée de l'histoire japonaise a refait surface fin janvier 2018 lorsqu'une femme d'une soixantaine d'années a décidé d'engager des poursuites contre le gouvernement (article en lien ci-dessous). Elle avait été stérilisée en 1972 à l'adolescence après qu'on lui eut diagnostiqué un handicap mental. Son avocate, Koji Niisato, a dénoncé l'inaction du gouvernement et du Parlement pour indemniser sa cliente, même bien après l'abandon de la loi. Interrogé sur cette plainte, un responsable du ministère de la Santé chargé de cette question avait indiqué à l'AFP que le gouvernement était prêt à discuter individuellement avec toute personne nécessitant une aide mais n'avait "pas l'intention de proposer des mesures générales" en faveur de toutes les victimes de stérilisations forcées.

Devant la justice

Au moins trois autres personnes, une femme et deux hommes, prévoient de saisir la justice, selon leurs avocats, et le dépôt d'une plainte collective est en train d'être étudiée. Des personnes atteintes de la lèpre ont également été forcées d'avorter au Japon en raison de politiques leur interdisant d'avoir des enfants. En 2005, un tribunal avait pour la première fois ordonné à l'Etat de verser des dommages à un ancien lépreux affecté par ce texte. L'Allemagne, la Suède et d'autres pays ont eu des lois eugénistes similaires.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr