Journée mondiale de l'AVC : comment réduire les risques ?

Résumé : Le 29 octobre 2017 a lieu la Journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral. L'occasion pour la Société française neuro-vasculaire (SFNV) d'alerter la population sur les facteurs de risque et les mesures préventives à engager.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Figurant parmi les principales causes de mortalité en France, l'accident vasculaire cérébral (AVC) est ce qui tue le plus les femmes. C'est la première cause de handicap acquis de l'adulte et la deuxième cause de démence. Le 29 octobre 2017, la Journée mondiale qui lui est dédiée marque l'occasion de revenir sur ses principales caractéristiques, tout en rappelant les mesures de prévention qui peuvent être engagées pour éviter le pire.

Plus d'oxygène dans les cellules

Concrètement, l'accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou encore infarctus cérébral) ou lors de l'éclatement d'un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie (AVC hémorragique ou hématome) dans le cerveau. En conséquence, les cellules ne reçoivent plus l'oxygène ni les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d'autres meurent.

Des premiers symptômes soudains

Les premiers symptômes de l'AVC sont généralement soudains et n'apparaissent que d'un seul côté : paralysie, faiblesse ou engourdissement d'une partie du corps, déformation de la bouche, difficultés à parler, perte de la vision d'un œil, troubles de l'équilibre, mal de tête difficilement soutenable et inhabituel.
Des facteurs de risque peuvent provoquer l'accident. Parmi eux : le tabagisme, la sédentarité, le cholestérol, une mauvaise alimentation sur le long terme, un rapport taille-tour de hanche élevé, la consommation d'alcool excessive mais aussi des facteurs psycho-sociaux tels que le stress et la dépression.

Stop au tabac et à la sédentarité

« 80% des AVC pourraient être évités en contrôlant mieux ces facteurs de risque », explique la Société française neuro-vasculaire (SFNV) dans un communiqué. D'où la nécessité de faire connaître les mesures de prévention à garder en tête. L'association en énumère cinq : surveiller sa tension artérielle, manger sainement, contrôler son cholestérol (à raison d'un bilan tous les cinq ans), pratiquer une activité physique et arrêter la consommation de tabac.

Le 29 octobre, afin d'informer le plus grand nombre sur ces mesures, des actions de sensibilisation seront organisées un peu partout, notamment dans les centres hospitaliers. Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site dédié à l'AVC (en lien ci-dessous).

© Сергей Лабутин / Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 30-10-2017 par LOUNA :
Bravo pour cet article très explicite sur les AVC.Touchée de près via l'expérience vécue sur le plan familial-mère et grand mère fragilisées par AVC-j'essaie d'être vigilante de mon côté et ai déjà parlé des symptomes à mes enfants au cas où...mais je tiens à souligner que mes proches ne fumaient pas et étaient suivies régulièrement côté tension et cholestérol...donc la prudence s'impose à tous!!!

Le 21-12-2017 par behue :
tout se qui a été n'est que vérité moi même victime d'un avc du tronc cérébral après l'hopital je serais un miraculé

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr