Services à domicile : un nouveau label pour les identifier !

Résumé : Les prestataires de services à domicile peuvent prétendre à une nouvelle labellisation, lancée par le Syndicat national des associations d'assistance à domicile en janvier 2017. Une démarche de "responsabilité sociétale", selon ses initiateurs.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Un label adapté au secteur des soins et du maintien à domicile ? C'est ce que met en place, en janvier 2017, le SNADOM (Syndicat national des associations d'assistance à domicile). Tout juste inauguré, le label R&S (Responsabilité et santé), a pour objectif « d'entériner et de renforcer les bonnes pratiques du secteur en matière de responsabilité sociétale », indique le syndicat dans un communiqué publié en janvier 2017.

Nombreux prestataires concernés

Mis en place avec le label Lucie, qui identifie les entreprises engagées dans un processus de développement durable, notamment dans le secteur social, R&S vise à identifier les prestataires de santé à domicile et à certifier leur responsabilité en tenant compte de valeurs sociales et solidaires. Les acteurs concernés sont nombreux : établissements d'hospitalisation à domicile (HAD), services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), centres de santé, établissements médico-sociaux peuvent prétendre à une labellisation auprès du SNADOM, peu importe leur profil, leur statut et leur taille.

Sept engagements à respecter

Pour le moment, cinq associations sont engagées dans le processus de certification. Celle-ci devrait être effective d'ici l'automne 2017.  Un kit pour effectuer la démarche a été élaboré : les entreprises qui souhaitent bénéficier du label doivent commencer par signer une charte en 10 points. Intervient ensuite un processus de 36 mois qui repose sur sept engagements thématiques : « mettre en place une gouvernance responsable », « respecter les droits des personnes », « développer des relations et des conditions de travail responsables », « préserver l'environnement », « développer l'éthique dans les relations d'affaires », « respecter les intérêts des usagers et des bénéficiaires », et « viser le développement local et l'intérêt général ».

© JPCPROD / Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr