Agefiph, j'ai le bon profil !

Laura Flessel : mon objectif, c'est le sport pour tous !

Résumé : Laura Flessel, ministre des Sports, était aux Jeux paralympiques de Pyeonchang pour encourager l'équipe de France. Sensations de la supporter et objectifs de la ministre qui veut permettre aux personnes handicapées d'accéder à la pratique*.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

*Le ministère des Sports lance le 15 mars sa campagne #ExAequo de lutte contre les discriminations dans le sport. Quatre thématiques sont abordées : l'homophobie, le racisme, le sexisme et la stigmatisation du handicap (article en lien ci-dessous).

Handicap.fr : On vous a vu donner de la voix dans les tribunes lors des Jeux paralympiques de Pyeonchang (Corée). Quelles sensations pour ces Jeux qui ont particulièrement bien commencé pour la France ?
Laura Flessel : Surtout de la fierté. J'ai fait huit Jeux olympiques, dont cinq en tant qu'athlète. Aujourd'hui, en tant que représentante du gouvernement, je dois dire qu'ici, à Pyeonchang, pour ces jeux d'hiver paralympiques, je retrouve la joie de mes expériences passées. On a un objectif, on a un environnement, on a des spectateurs, et on a un sportif qui va tout donner pour représenter son sport, son identité, sa région, son pays... C'est six ans, douze ans pour certains, pour aller chercher le Graal paralympique. Dans ces tribunes, je me trouvais vraiment à ma place en tant que femme, en tant que sportive de haut niveau et en tant que ministre des Sports.

H.fr : Que vous inspire cette équipe de France ?
LF : Un très bel exemple de solidarité, de fraternité, d'excellence. Oser, oser faire mieux, sans présager des résultats. La France a décroché, en deux jours, six médailles (ndlr : interview réalisée le 11 mars au soir) ; d'autres sportifs qui n'en ont pas encore eu ont néanmoins montré leur envie de briller et de se surpasser. Du coup, le collectif français est très fort. Cette équipe de France est belle, et nos athlètes paralympiques méritent une valorisation à la hauteur de leurs performances. Je remercie notre porte-drapeau, Marie Bochet, d'avoir su insuffler cette belle énergie à toute l'équipe. J'en suis très fière.

H.fr : On a en effet pu assister à des descentes spectaculaires ou à un match de hockey totalement ahurissant. Quand on voit ce type de performance, on se demande pourquoi le public n'est pas au rendez-vous. C'est de l'émotion et des frissons à l'état pur.
LF : Il y a de très belles images, de très belles histoires, et moi, je suis « en mode présent et futur », donc je ne dirai pas « pourquoi » mais « comment ». Comment pouvons-nous avancer ensemble pour mieux valoriser ces athlètes, mieux valoriser le sport para en général ? Comment mobiliser davantage les médias, les fédérations, les collectivités, avec l'objectif de permettre aux personnes en situation de handicap de pratiquer, pour leur santé, leur plaisir et pour la performance. Et, surtout, pour l'inclusion. Aujourd'hui, forte de ce que j'ai vu et entendu depuis trois jours, du temps passé à échanger, je repars avec des réponses qui nous confortent sur notre positionnement et notre politique sportive de demain en faveur des personnes handicapées.

H.fr : Vous avez la réputation d'être une ministre très investie dans ce domaine...
LF : Cela fait vingt ans que je donne de la voix pour encourager leur pratique sportive. Lorsque j'étais escrimeuse de haut niveau, je me suis entrainée en fauteuil pour aller chercher l'excellence aux côtés de mes coéquipiers de l'équipe de France paralympique. Et, pendant ma grossesse, j'ai continué à m'entraîner dans un fauteuil pour ne pas perdre ; je l'utilisais comme un outil de performance. Il y a trois ans, j'ai créé un club d'escrime à Clichy (92) avec une double entrée, valide et handi, pour permettre à tous de pratiquer en fauteuil. Donc, oui, aujourd'hui, en tant que ministre, forte de ces souvenirs, ces rires, ces clins d'œil, ce monde que j'ai découvert et qui m'a ouvert ses portes -c'est vraiment une grande famille-, mon objectif est de conforter et de développer de manière utile et pragmatique des opportunités pour que tout le monde puisse pratiquer. Dès mon retour, nous allons nous appuyer sur les échanges établis pour structurer notre plan stratégique pour Paris 2024.

H.fr : Vous visez très large car, pour avoir des champions, il faut avant tout des pratiquants ?
LF : En effet. La volonté du gouvernement est d'aller chercher trois millions de pratiquants supplémentaires et nous n'y arriverons qu'en ouvrant notamment les portes aux personnes en situation de handicap. On sensibilisera dès l'école. Notre idée, c'est vraiment d'utiliser le sport comme un outil inclusif.

H.fr : Mais, pour cela, faut-il des moyens supplémentaires ?
LF : Un budget supplémentaire de 1.5 million d'euros en 2018 va être engagé pour la valorisation du paralympisme et le développement de la pratique.

H.fr : En faveur du sport adapté dédié aux personnes avec un handicap mental aussi ?
LF : Oui, bien sûr. Nous allons collaborer avec le CPSF (Comité paralympique et sportif français) et les fédérations pour développer une stratégie pour mieux détecter, mieux informer, mieux accompagner, en impliquant tous les acteurs de terrain. Aujourd'hui, nous travaillons déjà dans ce sens mais allons mobiliser de nouveaux acteurs pour avoir une France qui rayonne à travers l'olympisme et le paralympisme.

H.fr : Votre carte de visite est en braille. Plus qu'un symbole ?
LF : Tout à fait. C'est une demande que j'ai faite dès mon arrivée. Parce que je suis la ministre de tous les sportifs.

H.fr : Vous êtes la seule ministre à avoir pris cette initiative ?
LF : Je ne sais pas mais, en l'occurrence, j'invite tous les autres à faire de même.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-03-2018 par PRESENT Pierrette :
Dans le sport les personnes en situation de handicap ne sont logées à la même enseigne. Ceux qui ont un handicap VISIBLE ont des avantages que les autres n'ont pas. Tout le monde éprouve envers eux un sentiment de pitié, de compassion alors que ceux qui ont un Handicap INVISIBLE n'ont pas ce droit de regard. Je connais une adolescente qui a d'énorme capacité en sport, elle a une force physique et un mental de gagnante. Elle a gagné une médaille la toute première semaine où elle entrée dans une école spécialisée, elle a gagné une autre médaille en V.T.T Sa mère a tenté plusieurs fois de l'inscrire dans une activité sportive au sein d'une association Handisport en MARTINIQUE, on lui a rétorqué que son enfant n'est pas handicapée moteur. Madame la Ministre des sports que comptez-vous faire afin que TOUS les handicaps soient reconnus et que tous les handicapés aient une chance de réussir si ce n'est dans le monde du travail mais dans le SPORT s'ils sont doués ?

Le 22-03-2018 par Jacquet :
Nous sommes une association Les Tourterelles à Villejuif et nous avons que 500 euros de subvention. Nous faisons des ateliers autour du sport aux enfants valides, malades et ayant un handicap de 1 à 10 ans depuis 2014, et nous avons besoin d'aide de partenaires pour acheter un trampoline et des modules en mousse, et du petit matériel. C'est un appel à l'aide car nous aimerions nous amuser comme tout le monde. Merci de nous contacter toutes les aides nous les acceptons, nous sommes 71 enfants et 5 bénévoles avec un collectif de parents. Les Tourterelles à Villejuif.

Le 25-03-2018 par Walter Salens :
Bonsoir Jacquet: vs ne donnez aucun lien ou mail ou site concernant votre assoc. Conseil amical.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr