Londres 2012 : une ouverture magistrale !

Résumé : Les Anglais ont mis le feu au stade olympique. Pas question de faire une fête au rabais pour les Paralympiques. 80 000 spectateurs ont répondu présents. L'arène était comble, le spectacle grandiose.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Sa majesté, la Reine Elizabeth II, a honoré cette cérémonie de sa présence, en compagnie du Premier ministre, James Cameron, et du président du comité paralympique, sir Philip Craven. Boris Johnson, le maire de Londres, est également au rendez-vous. Et, fidèle à sa réputation, refusant les honneurs, on l'a vu, après la cérémonie, patienter dans une interminable queue pour prendre le train au milieu de milliers de spectateurs, sans escorte, sans privilège.

La science au service de l'Homme

Cette cérémonie d'ouverture des jeux paralympiques de Londres est introduite par Stephen Hawking, l'un des plus célèbres scientifiques au monde, lui-même lourdement handicapé. Son fil conducteur : faire la preuve que la science peut aussi changer les perceptions. Il clame « Soyez curieux. Regarder vers les étoiles plutôt que de regarder vos pieds ! Essayez de donner du sens à ce que vous voyez. ». Auquel se mêle la rhétorique des droits, de l'Homme évidemment ! Le show commence comme il se doit par un retour aux origines avec l'évocation du Big bang qui métamorphose le stadium en une immense galaxie.

1h15 de parade

L'Union flag, le drapeau britannique, flotte dans le ciel olympique. 80 000 spectateurs entonnant the « God save the Queen » d'une même voix. Frissons garantis. Les 4 200 athlètes peuvent alors se lancer dans la parade. 1h15 d'un interminable défilé. 166 pays que l'on égraine un par un. Ils sont tous là, témoignant de l'enjeu désormais planétaire des Jeux paralympiques. La plus importante participation dans leur histoire. Tous différents et pourtant, d'en haut, ils forment une immense marée humaine, vague homogène. Les fauteuils, les cannes se fondent dans le décor, celui d'un sport olympique sans frontières. Les porte-drapeaux n'ont pas de main, certains vont claudiquant, retardant parfois la cadence. Et pourtant tous athlètes à part entière.

Un défilé qui a du chien

Quelques images insolites, bien sûr, comme cette athlète en fauteuil qui a placé son chien-guide, un massif labrador, sur ses genoux. Un chien dans le stadium, normal ! Les Mexicains sont à la fête dissimulés sous d'immenses ponchos et chapeaux colorés. Les Brésiliens arrivent en force, dans les starting-blocks pour les JO de Rio 2016. Les Sénégalais en boubou jaune, les allemands en rose et bleu. Et lorsque les Britanniques achèvent le défilé sous une pluie de confettis dorés, c'est l'euphorie !

En fauteuil-volant

3 200 bénévoles ont donné leur temps pour accomplir ce spectacle magique. Parmi eux, certains sont handicapés, unijambistes, paraplégiques, aveugles ou de petite taille. Et pourtant ils s'envolent, virevoltent... Des fauteuils roulants traversent le ciel. Le chœur est composé de chanteurs aveugles. Même défis, même envies que pour les valides. Des mises en situation sans concession qui montrent le handicap sans filtre et pourtant avec une immense poésie. Il fallait oser brandir le corps amputé d'Alison Lapper, une artiste anglaise sans bras ni jambe qui peint avec sa bouche. La mutilation d'un corps érigé en art ; sa statue initiale, en marbre, trône dans Trafalgar square. Mais, au centre du stade olympique, c'est une réplique monumentale (13 mètres de haut) sortie des entrailles qui la figure enceinte. Aucun artifice sous une pluie d'artifice. C'est bientôt le bouquet final.

« Je suis ce que je suis ! »

Mais avant de déclarer ouverts les Jeux paralympiques London 2012, il faut raviver une autre flamme. Le « Chaudron », dont l'originalité fit sensation lors des JO, est composé de 200 pétales dont 166 portent le nom des nations engagées dans la compétition. A l'issue de l'évènement, chaque délégation aura le privilège de repartir avec son pétale. Cette cérémonie portait le nom « d'Illumination ». Mission accomplie. Elle s'achève sur un air triomphant qui en dit long : « I am what I am » (Je suis ce que je suis)

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches