Lozère : les "lits" du médico-social menacés ?

Résumé : Menace de suppression de places dédiées aux personnes handicapées en Lozère ? Des centaines de personnes protestent pour sauver le principal pourvoyeur d'emplois dans ce département isolé. 25% de la population travaille dans le médico-social.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Plusieurs centaines de personnes -élus, médecins, personnes handicapées et leur famille- se sont réunies le 5 mars 2018 devant les bureaux de l'Agence régionale de santé (ARS) à Mende afin de défendre le secteur sanitaire et social en Lozère, et notamment l'accueil des personnes handicapées, a constaté un correspondant de l'AFP.

Préserver l'offre existante

Quelque 400 personnes étaient présentes en fin de matinée selon les organisateurs, 200 selon la police, pour ce rassemblement organisé à l'initiative du député de Lozère Pierre Morel-A-L'Huissier (LR), avec le soutien de la présidente du Conseil départemental Sophie Pantel (DVG) et du sénateur Alain Bertrand (RDSE). Face aux menaces de suppressions de lits, ce rassemblement avait pour but de manifester la volonté de tout un département de préserver l'organisation d'accueil sanitaire et social existante, notamment au profit des personnes handicapées. M. Morel-A-L'Huissier a notamment mis l'accent sur "la réponse adaptée qu'offre la Lozère en matière de polyhandicap et de handicap lourd". Le député était venu avec 600 lettres de soutien de personnes n'ayant pu être présentes.

Je suis bien ici

"Nous avons été les précurseurs", a déclaré de son côté le Lozérien Jacques Blanc, ancien secrétaire d'État et rapporteur de la loi de 1975 sur le handicap, selon qui il faudrait "valoriser (le) modèle" suivi par le département afin "d'accompagner les personnes victimes de handicap dans la dignité et le respect". "Depuis deux ans, on nous bloque les budgets", a accusé Yann Van Wynendaele, directeur de l'Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) Bellesagne de Mende. "Je suis au foyer de Civergols depuis 20 ans", a témoigné Pascal Herment, polyhandicapé : "Je lis dans le journal qu'on va fermer des centres. Mais je suis bien ici et je ne veux pas partir".

*Département rural très peu peuplé (quelque 78 000 habitants), la Lozère compte 49 centres d'accueil pour personnes handicapées et 27 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). À l'échelle du département, ce secteur représente environ 5 600 emplois, soit 25% de la population active.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 08-03-2018 par marc :
Les handicapés délocalisés en Lozère.
La Lozère, où les personnes handicapées deviennent « poids économique », secteur économique, premier employeur, où les établissements se déclinent en millions d€ de budget, en milliers demplois, où les présidents de ces monstrueuses institutions sont médecins, hommes politiques mais ne sont pas concernés par le handicap
Préserver l'offre existante = vous continuerez à nous envoyer vos handicapés des autres départements et autres régions
La Lozère, caricature, concentré de ce que le système institutionnel a fait de pire : cacher en Lozère les personnes handicapées, parfois  « enlevées » faute dautre choix à des générations de familles résignées, anéanties, pour  un « placement » en internat à vie...
honteux et scandaleux. La Lozère est un magnifique département et trouvera dautres emplois et dautres sources de revenus

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr