Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

14 juin à Paris, les " fous " descendent dans la rue !

Résumé : Une "Mad pride" à Paris, le 14 juin 2014, première en France ! Les personnes atteintes de troubles psychiques entendent briser les préjugés avec ce cortège joyeux et coloré. A cette occasion, une charte de la dignité en santé mentale sera signée

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Partons du principe que nous avons tous un petit grain de folie ! Il fut un temps où les fous du roi réjouissaient la cour. Aujourd'hui, les fous de la République descendent dans la rue pour une « Mad pride » ludique et déjantée. Le vocable anglais « pride », tiré de l'adjectif anglais « proud », signifie « fierté ». Oser dire « J'assume d'être fou » au moment même où les Etats-Unis ont aboli ce terme dans le droit américain, considéré comme trop péjoratif (lire article en lien ci-dessous). Un sacré pied de nez !

Le 14 juin à Paris

La Mad pride débarque en France le 14 juin 2014, à Paris. Ce concept est né au Canada dans les années 90. C'est en effet à Toronto qu'a eu lieu le premier grand rassemblement populaire de ce type baptisé « Psychiatric survivor pride day », en réponse aux préjugés de la communauté locale envers les populations des milieux psychiatriques. C'était il y a tout juste 20 ans. Puis elle s'est répandue dans de nombreuses grandes villes à travers la planète, de l'Angleterre à l'Australie en passant par l'Afrique du Sud, les Etats-Unis…

A l'instar de la Gay pride

C'est une grande marche collective pour le respect de la dignité des personnes souffrant de troubles psychiques. Elle fait écho à la Gay pride, qui prône la tolérance et l'égalité des personnes quelles que soient leurs orientations sexuelles. Et plus récemment à l'Autistic pride, action militante initiée par des personnes avec autisme. Ceux qui sont d'ordinaire confinés derrière les murs des « asiles » auront ainsi l'occasion de se regrouper pour une marche solidaire au cœur de la cité. On y célèbrera « la créativité, la force et la résilience de l'esprit humain ». Défilés, manifestations théâtrales, musique… Chars, fanfares, artistes, banderoles.

Un moment festif et coloré

A travers ce moment festif, coloré et spectaculaire, les militants souhaitent briser les préjugés et les craintes, dénoncer la stigmatisation. Non, tous les schizophrènes ne sont pas des tueurs en série. Non, la dépression n'est pas un manque de volonté ou une faiblesse de caractère. Non, le malade mental ou psychique n'est pas un irresponsable ou un incapable. Plus globalement, les personnes touchées par ces troubles entendent réclamer une meilleure protection de leurs droits et d'accès aux soins. Le grand public est invité à se joindre à la fête et, pourquoi pas, déguisé.

Un parcours symbolique

Le départ sera donné du centre hospitalier Saint-Anne (Paris 13) à 14h, en direction du parvis de l'Hôtel de Ville (arrivée prévue vers 17h). Ce parcours de quatre kilomètres symbolise la démarche d'accès à la vie autonome et de la pleine citoyenneté, en partant d'un hôpital psychiatrique, qui témoigne de l'enfermement de jadis, à l'hôtel de ville, symbole de la citoyenneté. Ce grand rassemblement se poursuivra jusqu'à 19h avec de nombreuses animations : échanges, forum des associations, happenings d'artistes…

Une charte de la dignité en santé mentale

A l'occasion de cette grande première française, un collectif de plusieurs associations, soutenu par la Mairie de Paris et le CH Sainte-Anne, proposent à tous les acteurs de la vie publique de venir signer une « Charte de la dignité en santé mentale » qui définit les conditions du respect de la dignité des personnes souffrant de troubles psychiques et des usagers en santé mentale et en psychiatrie.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 13-06-2014 par Foudelagaypride :
Je suis gay et jai honte de lInter LGBT.
Un enfant ne sachète pas, un ventre ne se loue pas, et la loi du mariage pour tous est une honte telle quelle est votée avec des extrémistes LGBT (socle juridique pour une égalité homme femme > un enfant a le droit de connaître sa mère et son père > il y a un référent masculin dans la PMA médicale). Deux Mamans ok avec un papa sur le papier, deux papas ok avec une maman sur le papier. > LEGALITE des DROITS. « Un acte de naissance cest la filiation » > cest un homme et une femme !!
L homoparentalité : cest OUI. (co-parentalité)
La haine et les extrémistes de l Inter LGBT : cest NON.

Bises à l IPPP

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches