Des appartements pour apprendre la vie en autonomie

Résumé : En Lorraine, une MAS a tenté le pari d'aller plus loin que le strict protocole de soins en mettant en place des appartements de préparation à la vie autonome pour des personnes lourdement handicapées. Une initiative primée par le CCAH.

Par , le 

Réagissez à cet article !

C'est une petite révolution au sein de la MAS (Maison d'accueil spécialisée) de Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle) qui reçoit des personnes sévèrement handicapées. Malgré une prise en charge généralement très lourde, certains résidents ont la possibilité de vivre dans un des « appartements d'apprentissage à la vie autonome » créés en 2014. Un espace ouvert, équipé, et de nouvelles méthodes afin de réduire peu à peu sa dépendance à la famille, aux éducateurs et aux aides-soignants. « C'était une demande de la part des résidents », indique José Salas, directeur de la MAS. Le 20 mai 2015, le concept, initié par l'ALAGH (Association lorraine d'aide aux personnes gravement handicapées), a été récompensé par le CCAH qui, pour sa 6e édition, lui a remis le prix « Changer les pratiques ».

Préparer le retour chez soi

Individuels, ces appartements pallient tous les besoins. Ils comprennent un lit, des meubles, des équipements pour cuisiner, une douche, des sanitaires… Le tout, adapté pour les fauteuils roulants. Les résidents jouissant de cet aménagement sont incités à gérer leur journée de telle sorte que leur autonomie physique et sociale puisse s'améliorer. « Il y a des moments où on n'intervient pas », témoigne une aide-soignante. « Ils choisissent la manière dont il veulent élaborer leur planning, doivent anticiper certaines choses. » Pour Guillaume, ce programme est une opportunité qu'il n'a pas hésité à saisir. « Je veux montrer à mes parents que je suis capable de faire des choses tout seul, que je peux avoir mon propre appartement. »

Une autonomie évaluée

Car si l'établissement a décidé de créer ces studios d'apprentissage, c'est aussi dans l'optique de préparer au mieux l'après-MAS de ses résidents et « de leur permettre de se projeter dans l'avenir », ajoute José Salas. Pour les accompagner au mieux, une période de stage est mise en place durant laquelle ils sont évalués. Cette supervision permet de repérer les difficultés principales auxquelles font face les personnes handicapées, favorisant ainsi leur progression dans leur vie autonome. « Je sens que je fais plus de choses tout seul, se réjouit Guillaume. Si avant vous m'aviez dit que je pourrais faire l'activité handisport seul, je vous aurais répondu : "Non, je ne m'en sens pas capable". » A la MAS, on se félicite bien évidemment de ce projet qui « nous a permis de changer nos pratiques professionnelles. Ces personnes très handicapées ont des potentialités et notre travail est de les exploiter ». Une démarche de soins active qui a de quoi donner des idées !

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Kevin Murgue, journaliste stagiaire Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr