Action près de l'Elysée, des manifestants couchés sur le sol

Résumé : 30 manifestants handicapés ont tenté une percée pour mener une action surprise face à l'Elysée. Stoppés par la police, ils s'allogent à deux pas de là pour réclamer la modification des textes sur l'accessibilité soumis au Sénat le 2 juin 2015.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Ils visaient la place Beauvau, face au ministère de l'Intérieur, juste à l'angle de l'Elysée mais ont été stoppés net par les forces de l'ordre qui avaient repéré le petit manège de cette armada de fauteuils roulants. Deux barrières ont suffi pour contrarier la progression d'une trentaine de manifestants. Il y a parmi eux Alain Rochon, président de l'APF (Association des paralysés de France). Tout président qu'il est, ne passera pas ! Ne sera pas visible depuis le Palais où se tient à cette heure-ci le conseil des ministres. Pile 11h, le mercredi 27 mai 2015. Ségolène Neuville, ministre déléguée aux personnes handicapées, est à deux pas de là… Qu'à cela ne tienne, ils s'allongent sur le bitume de la rue des Saussaies, fauteuils renversés, sous le contrôle d'un cordon de CRS. Et pas question de bouger tant qu'une délégation n'aura pas été reçue  à l'Elysée.

Un « die-in » de personnes handicapées : 1re en France

Les medias ont répondu présents et sont une vingtaine à braquer leur objectif sur cette opération coup de poing inédite. Un « die-in », littéralement « meurt sur place » mené pour la première fois en France par des personnes handicapées. Les membres du Collectif pour une France accessible, à l'origine de cette action, portent tous le même slogan : « Accessibilité en danger, l'État nous met à terre ! ». A terre, au propre comme au figuré. Même le café où les manifestants sonnent le rassemblement n'est pas accessible ; une marche, une porte trop étroite qui les contraint à rester sur le trottoir. En plein Paris !

De grands « résistants »

Le hasard du calendrier veut que, dans l'après-midi, François Hollande s'apprête à « panthéiser » quatre résistants de la seconde guerre. Résister, c'est bien ce que ceux-là sont en train de faire. Leur gisant au Panthéon ? N'y pensez pas ! Pour le moment, ils sont couchés sur le macadam, pour dire leur colère. Colère de voir les échéances d'accessibilité toujours repoussées, toujours repensées. Depuis plus de 40 ans. Ce Collectif, composé de 40 associations du champ du handicap, entend protester contre les textes sur l'accessibilité (ordonnance et décrets) qui doivent être soumis au vote des sénateurs le 2 juin 2015 (article complet en lien ci-dessous). Les personnes concernées expriment leurs craintes de voir la loi handicap de 2005, texte fondateur, foulé au pied…

Promesse de modification ?

Mobilisation horizontale et surtout pacifique, sous l'œil intrigué de quelques passants à qui l'on crie : « Vous serez peut-être un jour à notre place ! ». Histoire de rappeler que l'accessibilité est l'affaire de tous… Ils ont patienté deux heures durant, corps entremêlés à même le sol. La police se garde bien d'essayer de les déloger. Une délégation menée par la vice-présidente de l'APF, Pascale Ribes, est finalement reçue à l'Elysée par Nathalie Destais, ancienne inspectrice de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) et désormais conseillère de François Hollande en charge de la protection sociale et de l'autonomie. Dans la lettre qui lui est remise, figurent les propositions du Collectif pour en finir avec les petits arrangements avec la loi et surtout la perspective de dérogations à la pelle. Elle leur fait une promesse : les textes sur l'accessibilité seront modifiés… Envie d'y croire, besoin d'y croire. Alors, à 13 heures, chacun se hisse sur son fauteuil ; le camp est levé !

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-05-2015 par Un autre monde :
Un grand merci à ces médias gaucho bobo parisien qui ont censuré l'information


Le 29-05-2015 par Walter Salens :
Je ne vois pas trop la censure: in fine une trentaine de personnes par terre... Ceci étant: tout mon respect pour les courageux à Paris et en régions. Pour ce qui est de l'efficacité: à chacun son opinion. Dans le concret, c'est bien dans les commissions communales d'accessibilité que cela se passe: des obligations nouvelles, des contraintes qui pèsent maintenant et pas avant, sur les municipalités. C'est cela qu'il faut exploiter par une militantisme en corps à corps avec des élus. Les décisions du Parlement seront à la marge, donc marginales. Plutôt de critiquer tout et de culpabiliser les citoyens lambda, les assoc devraient aussi se questionner sur l'efficacité de leurs actions militantes de ces dernières années. Banderoles, grandes paroles, rassemblements coûteux, collectifs, pétitions à tout va... c'est le passé, seule l'action militante terrain au jour le jour compte.

Le 30-05-2015 par Pizzo Alain :
Y en a ras le bol quand France les Handicapés ne soient pas pris en considération. que messieurs les élus aille visiter certains centres
et se mettent à leurs places qu'une seule journée, et qu'ils essaient de survivre (car un handicapé ça survie). avec seulement 6.50 euros par jour, pas de droit au plaisir du SEXE car cela heurte certaines personnes chez les Elus qui bien sur ne se privent pas eux même dans ce domaine et j'en passe...
Alors ils sont quoi nos handicapés? "des bestioles, peut être faut il les castrer aussi voila. je suis en coller contre le système Français et surtout contre ceux qui nous gouvernent.
un papa d'un fils handicapé depuis 18 ans

Le 24-07-2015 par MrPasContent :
Curieux.... le palais de l'élysée n'est pas aux normes : pas accessible pour mr Schäuble ! ! !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr