Maroc,les associations de personnes handicapées manifestent

Résumé : Plusieurs centaines de personnes, représentant 80 associations marocaines, ont manifesté dimanche devant le Parlement à Rabat pour dénoncer la "marginalisation" de 347 000 citoyens atteints de déficit mental.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Plusieurs centaines de personnes, représentant 80 associations marocaines, ont manifesté dimanche devant le Parlement à Rabat pour dénoncer la "marginalisation" de 347 000 citoyens atteints de déficit mental.
« Tous concernés », « Pour le droit à la scolarité et à la santé », ont brandi les manifestants, dont de nombreux enfants atteints de déficit mental.
Le Maroc, pays de près de 35 millions d'habitants, compte « plus de 347 000 personnes souffrant d'un handicap mental » soit 23% sur le total des 1,5 millions de handicapés que compte le royaume, a déclaré à l'AFP Sabah Zemmama, présidente de « l'Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental » (Unahm).
« Seules 10 000 de ces personnes » sont prises en charge, a regretté Mme Zemmama, soulignant que la moitié d'entre elles sont accueillies par des associations réclamant plus d'aides pour fournir les prestations de « soins, d'éducation et de formation » aux enfants en priorité.
Dans un pays ou le salaire minimum ne dépasse pas les 270 euros, cette prise en charge coûte cher, entre « 3 000 et 4 000 dirhams » (250 à 350 euros) par mois, selon la même source.
 Le ministère de la Solidarité, conduit par l'islamiste et ancienne militante associative Bassima Hakkaoui, a salué dans un communiqué le « rôle actif » et les « efforts » de ces associations.
Le texte affirme que les aides destinées aux ONG œuvrant pour scolarisation des enfants souffrant de ce handicap représentaient déjà « 37% du montant global de subventions destinées à la société civile ».
« Ces aides ont même augmenté de 47% entre 2008 et 2014 », a ajouté à l'AFP une source au ministère de la solidarité.
Les associations ne décolèrent pas pour autant, réclamant un « dialogue avec l'État » et « la mise en œuvre de la Constitution » qui garantie le « droit à la santé », a dit à l'AFP le président des parents et amis des enfants déficients mentaux, Ali Redouane.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 01-05-2017 par Ousmane Traoré :
Bonjour mes frères et soeur handicapés marocaine je m'apel Ousmane Traoré vice président association nigérien des handicapés locomoteurs sous section commun le cinquième arrondissement de Niamey niger je prendre des contacte d'amitié avec vous merci d'avance

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches