Les principales mesures du 4ème plan autisme

Résumé : Voici les principaux points de la "stratégie nationale" sur l'autisme dévoilée le 5 avril 2018 par Emmanuel Macron et précisée le lendemain par le Premier ministre. Centrée sur le diagnostic le plus précoce possible et la scolarisation.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

 Par Marc Préel et Pascale Juilliard

Engagements financiers

Le 4eme plan comprendra une enveloppe de 344 millions d'euros sur cinq ans (2018-2022) pour améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de l'autisme, contre 205 millions pour le plan précédent (2013-2017). Quand ce troisième plan était centré sur la création de places, dont 1 500 vont encore ouvrir entre 2018 et 2020 avec 53 millions d'euros de reliquat de crédits, les priorités de la nouvelle stratégie sont d'intervenir plus précocement chez le jeune enfant et de mieux inclure enfants et adultes dans la société, contre une "logique d'enfermement".

Un diagnostic plus précoce

Un "forfait intervention précoce" va être créé à partir du 1er janvier 2019. Actuellement, avant que le diagnostic de l'autisme ne soit confirmé chez un enfant, un processus souvent de plusieurs mois voire plus, le recours à des professionnels comme des psychomotriciens ou des ergothérapeutes n'est pas pris en charge par la Sécurité sociale. Le reste à charge des familles sera désormais pris en charge, pour un montant qui devrait atteindre 90 millions d'euros par an en 2022. Lors des examens médicaux obligatoires à 9 mois et 24 mois, les médecins devront "vérifier le minimum" et alerter sur un trouble psycho-autistique. Aujourd'hui, 45 % des diagnostics concernent des enfants et des adolescents entre 6 et 16 ans. "Trop tard", souligne le gouvernement. Repérés très tôt, et avec un accompagnement précoce et intense, les écarts de développement peuvent être rattrapés dans certains cas, ou l'aggravation du handicap limitée. Au total, ce volet est doté de 106 millions d'euros.

Scolarisation

Actuellement, 30 % des enfants autistes (environ 8.000 naissances par an) sont scolarisés en maternelle, deux jours ou moins par semaine. L'objectif est d'atteindre 100 % en maternelle pour la classe d'âge née en 2018, qui entrera à l'école, désormais obligatoire à 3 ans, en 2021. Le gouvernement prévoit notamment de "tripler" le nombre de places en Unités d'enseignement en maternelle (UEM), des petites classes destinées aux enfants ayant besoin d'un soutien renforcé. L'objectif est d'y porter le nombre d'enfants accueillis à 2 100. Une centaine de postes d'enseignants spécialisés sur l'autisme seront créés pour soutenir ceux qui ont des élèves autistes dans leurs classes. La scolarisation en primaire (40 % des autistes actuellement) et au collège-lycée sera également renforcée via les Unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis). Ce volet est doté de 103 millions d'euros.

Moins d'hôpital psychiatrique

Quelque 600 000 adultes français, soit une personne sur 100, seraient autistes. Mais seulement 75.000 sont diagnostiqués. Du fait du manque de places dans des structures adaptées, mais aussi de cette carence de diagnostic, trop d'autistes sont aujourd'hui en long séjour en hôpital psychiatrique. "L'objectif, c'est qu'il n'y ait plus d'hospitalisation de longue durée en matière d'autisme qui soit présente à l'issue de la stratégie" en 2022, selon Matignon. Un plan national de repérage et de diagnostic des adultes en établissements de santé et médico-sociaux va être lancé. Pour les adultes autonomes, des colocations en logement social et l'accès aux "logements accompagnés" seront ouverts. Ce volet est doté de 115 millions d'euros.

Repérage des adultes

Des mesures sont également prévues pour améliorer le repérage des adultes ayant des troubles autistiques, afin de pouvoir adapter leur prise en charge et leur accompagnement, vers l'emploi notamment. Les crédits destinés au dispositif d'emploi accompagné seront ainsi doublés, dans l'objectif de faciliter leur insertion professionnelle.

Des professionnels mieux formés

Afin que les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de Santé (HAS) soient mieux connues et appliquées, des mesures sont prévues pour améliorer la formation initiale et continue des professionnels de santé et travailleurs sociaux car "tous les professionnels ne sont pas encore au niveau des meilleures pratiques", selon le gouvernement

Aide aux familles

Le gouvernement veut créer une "plateforme de répit" par département. Ces structures permettront des gardes temporaires (quelques heures ou jours) des enfants ou des adultes autistes, afin que leurs familles puissent se reposer ou partir en vacances. Ce volet est doté de six millions d'euros. 

Valoriser la recherche

L'exécutif entend également développer la recherche sur les troubles neuro-développementaux, pour "remettre la science au coeur de la politique de l'autisme". Un budget de 14 millions d'euros est prévu.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-04-2018 par Mon titi Aspi :
Les plateformes de répit sont une bonne idee;j'espère qu'il y en aura dans tous les départements. En tant que maman d'un enfant autiste Asperger, je serais prête à m'engager dans cette structure, pour y travailler relayer et où conseiller.
Cependant pour la scolarisation, mon enfant qui va avec l'école 4 matins par semaine pour 1h30. L'ULIS lui a été défavorable car son QI est élevé. Et il parle, des adaptations réalisées par une ergothérapeute est nécessaire. MAIS tout est à ma charge.
Ses prises en charge, comme la psychomotricité, l'erhotherapie , l'orthophoniste, ou encore encore les éducatrices ABA devraient être accessibles à tous sans être obligé de débourser des sommes astronomiques

Le 07-04-2018 par CABUT :
Beaucoup d'effets d'annonces ,Ce nouveau plan est du même acabit que les autres , pas d'approfondissement des différentes formes d'autisme; du saupoudrage financier sans de réelles finalités.
Le problème des autistes adultes qui ne sont pas réellement autonome n'est pas traité , prise en charge , création de places ? Comment rassurer les familles pour l'avenir de leur enfant ? Comment est traité le problème de vieillissement des autismes , quelles mesures ?

Le 07-04-2018 par CASTEBRUNET :
Rien sur les AVS payés 603 euros par mois, sur temps fractionnés avec une formation ridicule et des élèves dont le handicap est complexe! SCANDALEUX!Précarité, manque de formation pour ces personnles centraux dans l'inclusion!

Le 07-04-2018 par Maisonneuve :
Expliquez moi à quoi sert un dépistage précoce quand il n'y a pas de solution dernière!!
L école oui, mais après,quand on a sortie l'enfant de son monde et préparé au notre.....il y a deux problématiques, aider les ados et les adultes autistes à trouver leurs chemin et aider les familles de jeunes enfants .
Je ne vois pas grand chose de positif dans ce plan......pour faire simple, l'argent c'est aux familles qu'il faut le distribuer, on sait très bien que la seule chose qui marche c'est une prise en charge individuelle et personnalisé dans un environnement rassurant et protégé!

Le 08-04-2018 par GAUTHIER :
C'est une très bonne mesure si elle est tenue, mais il ne faut pas oublier les adultes autistes qui vivent avec leur famille dans des conditions dramatiques, car on a un peu trop tendance à ne nous montrer que des personnes ayant une certaine autonomie. Mais il y a tous les autres, ceux dont on ne parle pas qui sont ce qu'on appele des autistes profonds

Le 09-04-2018 par Hayer :
Moi qui voudrait ouvrir une structure pour accueil d'enfant autiste en sarthe tout le monde me ferme les portes alors que les parents en ont besoins....

Le 10-04-2018 par M. Camomille :
Touché par les commentaires. Je travaille dans une MAS ayant répondu à un projet d'accueil d'artistes adultes. Accueil temporaire en place, accord de l'ARS avec le projet d'agrandissement, mais travaux refusés par l'administration locale. Et donc projet mis à mal.

Le 15-04-2018 par raph :
Pourquoi le nombre d'autistes a explosé ces dernières années ?
Est-ce que ces mesures vont ouvrir un débat sur les causes et enfin pointé du doigt les vaccins... j'en doute !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr