Latifa Gilliotte : nouveau parti politique dans un fauteuil

Résumé : Selon Latifa Gilliotte, tout le monde peut faire de la politique. A la tête de son nouveau parti, le MHPS, elle entend défendre les droits des personnes handicapées. Mais pas seulement... Elle envisage même de briguer la présidence en 2017.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Le 5 mai 2014, vous avez annoncé la création du Mouvement du handicap physique et social (MHPS). Un parti réservé aux seules personnes en situation de handicap ?
Latifa Gilliotte :
Non, nous souhaitons représenter tout le monde, même s'il y a évidemment une nuance pour les personnes handicapées. D'ailleurs, nos adhérents sont très différents. On retrouve des personnes en situation de handicap, mais pas que. Il y en a même qui n'ont jamais été confrontés au handicap, comme un de nos collaborateurs qui est spécialisé sur les questions environnementales. Nous voulons être le parti des citoyens, sans distinction, mais aussi montrer que n'importe qui peut faire de la politique.

H.fr : N'est-il pas contradictoire  de réclamer l'inclusion sociale des personnes handicapées tout en créant un parti « à part », avec un nom qui ne prête guère à confusion ?
LG : Effectivement, c'est un paradoxe. Nous avons discuté de plusieurs noms et celui-ci nous a semblé le plus adéquat pour que nous puissions être visibles. Il n'était pas possible de faire autrement.

H.fr : Un média a déclaré que vous n'aviez pas encore de programme…
LG : Je vous affirme que nous en avons bien un ! Nous nous sommes mal compris avec le journaliste, et je l'ai recontacté en vue d'une rectification. Par contre, on garde notre programme pour nous. Ce ne serait pas sérieux de le dévoiler dès mai 2015. Vous en saurez peut-être davantage en septembre… Mais je vous garantis que nous sommes prêts.

H.fr : Pouvez-vous nous en dire plus sur la ligne directrice ?
LG : Nous voulons rendre le monde autonome. Notre programme comprend des volets sur l'éducation, l'environnement, l'emploi… De nombreuses personnes en situation de handicap me disent qu'elles aimeraient travailler ; ce n'est pas normal que certaines répondent à cela qu'elles ne toucheraient plus l'AAH (Allocation adulte handicapé) ! Nous souhaitons aussi faire des propositions concernant la scolarité et le handicap, et notamment augmenter la sensibilisation auprès des jeunes. Le futur, c'est eux !

H.fr : Jean-Luc Duval, le président du Collectif citoyen handicap, a affirmé vouloir se présenter lors des prochaines élections présidentielles. Avez-vous tenté un rapprochement avec son association ?
LG : Oui, en effet. Mais ils nous ont claqué la porte au nez. Selon eux, nous sommes trop politiciens… Sauf que si M. Duval veut vraiment se présenter, il doit se dire qu'il est un homme politique ! Malgré tout, notre porte ne reste pas fermée. Ils ne veulent pas faire de la politique ; nous on ne s'en cache pas.

H.fr : Restez-vous ouverte à d'autres alliances ?
LG : Ce qui compte, ce n'est pas la couleur politique mais les idées. Je suis une ancienne encartée Parti socialiste (elle fut élue municipale lors du mandat du maire sortant de Belfort, Étienne Butzbach, ndlr) mais si la droite ou le centre nous font des propositions, nous serons à l'écoute. Nous sommes prêts à travailler avec les autres partis.

H.fr : Même avec les extrêmes ?
LG : Ah, pour eux, ce serait un non direct.

H.fr : Pouvons-nous imaginer Latifa Gilliotte candidate aux présidentielles de 2017 ?
LG : Évidemment, on en parle. Cela paraît irréalisable mais, en politique, il faut avancer ou vous êtes broyés. Avant cela, et si tout se passe bien, nous aimerions nous présenter aux législatives dans les circonscriptions de Nantes et peut-être de Belfort.

H.fr : Sur votre site internet, il est inscrit votre devise : « Survivre ». N'est-ce pas un peu pessimiste pour les personnes qui souhaitent plus vivre que survivre ?
LG : La page n'a pas été mise à jour, nous allons tâcher de la débroussailler… A un moment donné, j'ai rencontré des gens très « noirs » qui n'avaient pas la même définition que moi de la notion de « se battre ». Nous réfléchissons actuellement à un nouveau slogan qui pourrait être : « Effacer la différence ».

H.fr : Aujourd'hui, il semble difficile pour un adhérent éventuel de vous rejoindre. Or, on connaît l'importance de la communication en politique…
LG : Vous avez raison. On se pose encore la question de savoir si on fait un bon site ou plutôt un blog avec des documents. En attendant, nous avons quand même un groupe Facebook ouvert. Mais, oui, à un moment, il va falloir qu'on s'y mette.

H.fr : Combien comptez-vous d'adhérents ?
LG : Nous avons 28 adhérents et 70 soutiens dans une trentaine de départements. Ce n'est pas grand-chose mais nous n'en sommes qu'à nos débuts.

H.fr : Avez-vous un objectif en tête ?
LG : Plus que le Président ! (rire)

H.fr : Beaucoup vous ont découverte à l'occasion de l'annonce de la création du MHPS. Mais qui est la femme derrière la présidente de parti ?
LG : J'ai 50 ans et suis mère de deux enfants âgés de 20 et 27 ans. A 4 ans et demi, on m'a diagnostiqué une polyarthrite chronique et je vis en fauteuil roulant depuis 2006. Je travaille en tant que psychanalyste et psychothérapeute à Belfort.

H.fr : Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer en politique ?
LG : Je m'y intéresse depuis que j'ai 8 ans. J'ai rapidement été prise de passion pour les débats et la littérature. Pendant une petite dizaine d'années, j'étais militante au sein de l'Association des paralysés de France mais je me sentais très enfermée et j'ai quitté l'association. C'est après que je me suis  vraiment lancée en politique, lorsque je suis devenue déléguée chargée du handicap au sein du conseil municipal de Belfort entre 2008 et 2014. En parallèle, l'idée de créer un parti commençait à germer. Avec d'anciens camarades politiques, nous nous sommes alors engagés dans l'aventure. Je suis encore une jeune politicienne mais je me vois encore présidente au moins jusqu'aux prochaines municipales de 2019.

H.fr : On observe une recrudescence de petits partis qui défendent leurs propres intérêts. Ne trouvez-vous pas cela néfaste pour la démocratie ?
LG : Si, et cela montre qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a un ras-le-bol général des Français. Aujourd'hui, la politique c'est rouges contre bleus et il n'y a aucun moyen qu'ils s'entendent en faveur du pays. On s'occupe trop des petites « gué-guerres » entre partis et de la vie privée des personnages politiques, et pas assez des choses importantes. Mais je dis aux gens qui n'aiment plus la politique de ne pas lâcher prise.

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Kevin Murgue, journaliste stagiaire Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-05-2015 par Jean Luc Duval :
Je tiens à rectifier, Cette dame ne m'a jamais contacté, c'est totalement faux. Nous avions par contre dans notre Collectif , Mr Désimeur, secrétaire général de ce parti Politique, qui nous a toujours caché sa fonction et ses ambitions. Ce monsieur a été en contact avec beaucoup de nos membres qui ignoraient tout de sa fonction. Mme Gilliotte n'est pas sérieuse, et après lecture de cette déclaration mensongère, je n'ai aucune envie d'avoir de contact avec celle-ci, Lhonnêteté est une valeur importante de notre Collectif, MMe Gilliotte en semble dépourvue .... Déjà une vraie Politicienne !!!!

Le 15-05-2015 par Latifa Gilliotte :
Tout à fait je ne vous ai jamais eu mais votre épouse avec laquelle j'ai échangé, sur les manifestations.M'a dit que j'étais politique, qu'elle allait en parler lors de vos réunions pas de réponse!Ni propositions n'a été faite. Je suis toujours ouverte à un dialogue constructif plutôt qu'attaquant. Le journaliste ma posé la question à laquelle j'ai répondu sans avoir manqué de politesse ni injure Mr Duval, contrairement à vos propos. Pour Mr Christian Désimeur et d'autres personnes qui font parti du #MHPS nous nous sommes rencontrés via les réseaux sociaux et c'est des femmes et des hommes qui tiennent la route contrairement à certain pour ne pas vous nommer...Mr Duval la France est un grand pays nous n'avons pas besoin de nous piétiner! Mais plutôt de mener à mieux les actions communes. Si vous ne souhaitez pas entrer en contact c'est votre choix en ce qui me concerne je suis la pour les citoyens et pas pour me donner en spectacle.Je vous souhaite une très bonne continuation

Le 17-05-2015 par Walter Salens :
Je lis beaucoup, journaux, hebdos, sur le Net... tous les jours. Jamais rien vu sur la création d'un parti. Franchement, quand cela commence d'emblée, avec des affrontements entre personnes... peu envie d'aller plus loin.

Le 18-05-2015 par sdh.1978 :
Bonjour Madame, je suis Sylvain Dolphens-Hurez, ancien président de l'association So'Lille (ex-UAH).
Je me classe plutôt à gauche de l'échiquier politique. Je suis en situation de handicap depuis ma naissance, atteint d'une maladie orpheline inconnue à ce jour.
La démarche qui est la votre est remarquable à bien des égards. Elle va placer la question du handicap au cœur du débat politique, chose qui, malgré la loi de février 2005, ne me semble hélas pas la priorité de nos dirigeants.
Je vous souhaite beaucoup de courage madame, et suis prêt à vous aider si besoin est.

Cordialement,
Sylvain Dolphens-Hurez,

Le 31-05-2015 par spaeter :
bravo merci pour votre courage.

Le 07-08-2015 par zoul :
Il y a eux en d'autres temps le premier parti politique le CDH...en 1999.

Le 25-03-2016 par Fabienne :
Je trouve inadmissible et intolérable de mettre dans un même panier les personnes en totale impossibilité de travail (handicapés et retraités à qui travailler est interdit) avec les bénéficiaires du RSA qui eux en ont la possibilité !!!
De plus, ces derniers, bénéficiaires de la CMU, ont une parfaite couverture maladie de 100%, optique comprise, que n'ont plus, à l'insu générale, les ACS depuis la réforme du 1er juillet 2015 !!!
C'est sur la ré-évaluation du plafond CMU et donc l'abolition de l'injuste et souvent inutile ACS (les bénéficiaires de l'AAH étant souvent en ALD donc déjà à 100% pour tout ce qui concerne leur maladie / handicap) vu qu'elle ne couvre pas ce qui est primordial comme l'optique ou la tranquillité d'une chambre hospitalière individuelle...

Le 26-03-2016 par Fabienne :
Ce sont donc des milliers d'euros que la Sécurité sociale attribue (gaspille) inutilement à des complémentaires totalement inadaptées aux besoins des bénéficiaires !!!
C'est la_dessus qu'il faut se battre quand on connaît le reste à charge potentiel qui ne sera JAMAIS COMPENSE' par une quelconque augmentation de l'AAH !!!

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches