La déferlante du handisurf : une pratique pour tous !

Résumé : L'équipe de France de handisurf prépare à Biarritz ses premiers Mondiaux. Le "petit" projet initié en 1997 pour des enfants autistes connait aujourd'hui un succès sans précédent dans notre pays. Le handisurf sera-t-il présent aux jeux de Rio?

Par , le 

Réagissez à cet article !

Avant les rouleaux du Pacifique, à San Diego, hôtes des premiers championnats du monde de handisurf, du 24 au 27 septembre, l'équipe de France se prépare dans les vagues océanes de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), avec un réel appétit de médailles. « Pour eux, c'est un superbe cadeau. On est partis d'un petit projet avec des gamins, et on arrive à une équipe de France avec un déplacement aux États-Unis » sur la plage mythique de la Jolla, à San Diego. « On va essayer de revenir avec une médaille », promet Jean-Marc Saint-Geours, fondateur de l'Association nationale de handisurf. « Le 30 septembre, on va aussi savoir si le surf rentre aux JO. S'il y a les Jeux olympiques, il y aura les paralympiques, c'est un truc de fou », s'enthousiasme-t-il, soulignant que la France compte 200 à 300 pratiquants réguliers de handisurf.

Une planche avec poignée

Selon l'ampleur du handicap, trois niveaux séparent les différents concurrents: ceux qui se lèvent debout sur la planche, comme les surfers avec une prothèse, ceux qui surfent assis ou à genoux et, enfin, ceux qui glissent couchés sur la planche. Quasiment identiques à celles utilisées par les valides, les planches des handisurfers comportent toutefois une adaptation de poignées et des litrages différents, pour une meilleure flottaison. « Être hors du fauteuil, pour moi c'est super important. C'est seulement pendant ce moment que je me sens parmi les autres, j'oublie le fauteuil lorsque je suis en suspension, porté par la vague. Pour certains types de handicaps, le surf c'est le meilleur des sports », témoigne Pierre Pochat, membre de l'équipe de France de handisurf. « Tant que j'ai encore un petit peu de souffle, un petit peu de bras, je surferai, ça c'est certain », assure-t-il à la fin d'une session sur la plage de la Côte des Basques.

Objectif : 5 000 initiations

Le handisurf s'est développé en France à partir de 1997, d'abord avec des enfants autistes. Aujourd'hui, 30 écoles sont labellisées et comptent 20 à 30 licenciés chacune. Bodyboard et stand-up paddle sont aussi proposés en initiation par l'association. « En 2014, on a fait plus de 800 initiations. Cette année, on a déjà dépassé les 1 000 avec les éducateurs qu'on a formés. L'objectif était d'arriver à 5 000 initiations au bout de trois ans et je pense qu'on va dépasser cette barre », indique Jean-Marc Saint-Geours, soulignant que l'International surfing association (ISA) l'a invité à entrer dans le Comité handisurf mondial « parce que la France, justement, est en avance sur beaucoup de projets ».

© Fédération française de surf

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches