À Moscou, des chefs d'œuvre en 3D pour visiteurs malvoyants

Résumé : Au Musée des Beaux-Arts Pouchkine, à Moscou, de célèbres toiles de Picasso et Botticelli en version tactile donnent rendez-vous aux personnes malvoyantes, pour la première fois en Russie. Les tableaux se touchent, l'art se fait plus accessible...

Par , le 

Réagissez à cet article !

« Notre tâche était de permettre aux personnes malvoyantes ou aveugles de voir ces tableaux tels qu'ils avaient été créés par les peintres », explique à l'AFP la commissaire de l'exposition Voir l'invisible (au musée des Beaux-Arts Pouchkine de Moscou), Olga Morozova. Les musées russes, qui se lancent dans l'expérience des tableaux tactiles plusieurs années après leurs confrères européens, ne proposaient jusqu'ici que quelques sculptures ainsi que des éléments de décor et d'architecture dans le cadre de programmes spéciaux, pour initier les visiteurs malvoyants aux beaux-arts, selon la même source.

Mieux comprendre les formes

« Avec la peinture, ce n'était pas facile ; il y a des tableaux où l'effet artistique est produit par un jeu d'ombre et de lumière ou encore par des coups de pinceau », remarque Mme Morozova. Pour l'exposition, les organisateurs ont retenu six tableaux, parmi lesquels Cheval attaqué par un jaguar d'Henri Rousseau, Vierge à l'enfant de Lucas Cranach père, l'Annonciation de Sandro Botticelli, Nature morte avec les attributs de l'art de Jean Siméon Chardin, Eh quoi? Tu es jalouse? de Paul Gauguin et Vieux juif avec un garçon de Pablo Picasso. Tous ces tableaux « ont des contours, des détails clairs qu'il est possible de sentir si on les touche, de comprendre leurs formes », précise Mme Morozova.

Un rendu précis

Reproduits grâce au recours à des technologies modernes d'impression en relief, ils cherchent à montrer les moindres nuances de couleur, la texture utilisée pour le vert foncé et le vert clair n'étant pas la même. Alors que les tableaux s'adressent en premier lieu aux personnes malvoyantes, les autres visiteurs peuvent également ressentir leur effet grâce à des lunettes noires, disponibles sur place. « Nous aimerions qu'en touchant ces tableaux, les gens se rendent compte de leur chance d'avoir une bonne vue, qu'ils comprennent ce que c'est de ne pas voir et qu'ils soient bons envers ceux qui n'ont pas cette chance », confie Olga Morozova.

© DR

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches