A Paris, un "café des papas" d'enfants autistes

Résumé : Au restaurant l'Arrosoir, à Paris, se tiendra pour la première fois un "Café des papas", le 25 novembre 2017. Une réunion qui se définit comme un groupe de parole, né pour rassembler des pères d'enfants atteints de troubles autistiques.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Échanger entre pairs… Ou entre pères. Pour la première fois, un « Café des papas » se tiendra au restaurant l'Arrosoir, à Paris (12e), le 25 novembre 2017. Son objectif : réunir des pères d'enfants atteints de troubles autistiques pour échanger et partager des points de vue sur leur situation. À partir de 17 heures, le rassemblement sera encadré par Guillaume Georges, lui-même papa d'un garçon de 11 ans en situation de handicap et scolarisé en milieu ordinaire.

Une place réservée à la paternité

« Soyez indulgent, c'est son premier essai ! », prévient un post Facebook sur la page de l'événement. Au téléphone, Guillaume Georges est surpris d'être contacté par la presse. « Je ne sais pas encore où cet échange mènera, confie-t-il. Pour l'instant, il n'y a pas de rituel particulier annoncé, je ne sais pas à quelle fréquence l'événement pourra être mis en place. Nous serons sûrement un petit groupe au début. » Sa compagne est membre active de l'association Toupi (Tous pour l'inclusion !), qui milite pour l'inclusion scolaire des enfants en situation de handicap. Avec cette structure, elle anime un café des parents tous les deux à trois mois.

Inverser la dynamique

« On constate que ce sont souvent les mamans qui se rendent au café, reprend Guillaume. Pour une fois, ce café des papas est l'occasion d'inverser la dynamique, d'avoir un point de vue autour de la paternité et de réserver un moment aux hommes qui se posent certaines questions. Étant aussi concerné, j'aimerais moi-même échanger avec eux. » Pour l'instant, Guillaume a reçu deux appels. Sur Facebook, 15 personnes se disent intéressées par l'événement. S'il est trop tôt pour dire si le café se pérennisera, l'idée mérite d'être répandue, dans la Capitale comme ailleurs…

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 25-11-2017 par ARIOTT :
En 1974, des pères ayant vécu une séparation parentale ont créer le Mouvement de la condition Paternel (MCP) puis d'autres pères le Mouvement de la condition Masculine.Aujourd'hui on peu mesurer les maigres avancées pour les pères en situation de divorce pour la garde de leurs enfants. Dans le champs de l'autisme ( hors contexte de divorce), c'est majoritairement les mères qui abandonnent leur travaille extérieur ce qui rend minoritaire les pères à la maison s'occupant en temps complet de leurs enfants atteints d'autisme. En claire c'est le parent qu'il soit père ou mère qui sort de son activité professionnelle qui devient de fait l'expert profane du couple en matière d'autisme. Boire un café entre homme pour aborder l'autisme c'est très léger et pendant ce temps là c'est encore les mères qui garderont les enfants.

Le 25-11-2017 par Devémy :
Très bonne initiative

Le 27-11-2017 par ARIOTT :
Mon fils, autiste, m'a appris une chose essentielle : celle d'écouter, de l'écouter.Mon fils, autiste, m'a appris une chose essentielle : celle de mettre du sens sur que ces autres prétendaient à tort être du non-sens. C'est en écoutant. C'est en écoutant son regard, ses gestes, ses tournoiements, ses rangements, son cœur et peut-être aussi ses mots que j'ai appris.Alors ensemble, nous avons commencé à tracer un chemin, lui et moi, en ramassant au gré de nos pas tout ce qui nous permettait d'avance et nous avons avancé.Sur son chemin, mon fils, a toujours choisi: au début son choix avait le poids d'une brindille, aujourd'hui d'un caillou et demain il aura le poids de mille brindilles et mille cailloux. MESSAGE D'UN PÈRE

Le 27-11-2017 par ARIOTT :
Père d'un fils autiste: pour apprendre, il faut se taire. Ecouter votre enfant. Car, ce n'est pas lui qu'on vous invitent à écouter, mais plutôt tous ces autres, plus grands, plus solennels, plus savants et leurs mots vide de sens, vous devez croire en votre fils autiste en son regard, ses gestes, ses tournoiements, ses rangements, son cœur et peut-être ses mots qui ont du sens. LE SENS DE LA VIE. N'est-ce pas là la meilleure manière de d'aider son fils autiste à s'autodéterminer?.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr